RTBFPasser au contenu
Rechercher

Jupiler Pro League

Facebook Live de La Tribune – Stephan Streker : le Standard ? "Les grands clubs ne meurent jamais"

Loading...

Stephan Streker était l’invité du Facebook Live avant La Tribune ce lundi soir ! Le consultant de l’émission a répondu à vos questions. Qu’attendre de potentiels investisseurs au Standard ? Quels clubs monteront en D1A ? Quels clubs en Play-offs 1 ? L’histoire de l’Union, digne d’un film de fiction ? Extraits choisis.

Qu’attendre de potentiels futurs investisseurs au Standard ? "Il faut de l’argent et de la philosophie. Il faut un point de vue, il faut une direction, il faut un souffle. Ce qui se passe au Standard de Liège est très triste et mauvais pour le football belge. On a besoin d’un club important comme celui-là qu’il puisse briller. Ça me fait de la peine de les voir si bas. Il y a plein de choses que j’adore dans ce club, notamment cette passion invraisemblable, cette ferveur qui leur est tellement propre. Evidemment ils sont en manque d’argent mais il n’y a pas que ça, je pense. Il y a eu une sorte d’effondrement un peu invraisemblable là-bas. Je leur souhaite vraiment que ça revienne à la normale. Je ne sais pas trop ce qu’il faut, indépendamment de l’argent. Je ressens une défiance assez importante des supporters vis-à-vis de la direction. Et je peux la comprendre."

Pour Stephan, le Standard est quelque peu pris dans une spirale négative où plus rien ne semble lui réussir : "C’est un peu la saison maudite. On leur reproche souvent d’être un peu des calimeros mais il faut quand même reconnaître que franchement ces temps-ci ça ne roule pas pour eux. […] Ils n’ont pas non plus de chance. Il y a tout qui s’accumule. C’est très dur pour eux mais tout est temporaire en foot, comme dans la vie."

Les supporters du Standard doivent-ils être inquiets concernant la survie de leur club ? "Les grands clubs ne meurent jamais. Je suis persuadé de ça. C’est une phase extrêmement compliquée, extrêmement difficile. Il faut de la patience, c’est parfois difficile d’en avoir quand on est supporters. Et je comprends les supporters qui ont une défiance à l’égard de la direction. La direction a hérité d’un monument et les supporters qui sont aussi dépositaires de ce monument se posent des questions quant à la gestion et je peux les comprendre."

Articles recommandés pour vous