RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Face à la grève des transports en commun, les étudiants dans la débrouille pour passer leurs examens de fin d’année

31 mai 2022 à 14:14Temps de lecture3 min
Par Anthony Roberfroid, avec Lucie Dendooven et Kamel Azzouz

Grève générale dans le service public ce mardi 31 mai. Les administrations sont fermées, certains secteurs sont à l’arrêt et d’autres fonctionnent au ralenti.

C’est notamment le cas des transports en commun. Du côté de la STIB et des TEC, les différents réseaux sont fortement perturbés.

Pour ce qui est de la SNCB, aucun train ne circule dans les provinces de Liège, Namur et Luxembourg. Dans le reste du pays, seulement 25% du réseau, soit un train sur quatre, est en activité.

Loading...

Ce sont donc des milliers de navetteurs qui se sont retrouvés sur le carreau ce matin, dont de nombreux étudiants.

Et cette grève coïncide une fois de plus, avec la période des examens. Une action annoncée depuis plusieurs jours mais dans de nombreuses universités, les examens ont été maintenus. C’est notamment le cas à la faculté de traduction et interprétation Marie Haps de l’Université Saint-Louis.

Dans les auditoires, la plupart des élèves étaient présents mais certains manquaient à l’appel.

Royaume de la débrouille

Parmi les gens élèves présents, certains ont trouvé des alternatives pour présenter leurs épreuves. C’est notamment le cas de Victor Petre, étudiant en troisième année de Bachelier : "Ça a été compliqué de s’arranger mais mon père a pu prendre congé et a pu exceptionnellement me déposer en voiture" raconte le jeune homme"J’ai eu de la chance, d’autres ont dû trouver un logement sur Bruxelles et certains n’ont même pas pu venir à l’examen donc c’est assez problématique", explique-t-il.

Images d’illustrations
Images d’illustrations Belga – RTBF

C’était donc la débrouille pour ceux qui habitent loin de leurs campus. Charlotte Leclercq, également étudiante en troisième bachelier, a hébergé une camarade : "Elle vient habituellement de Liège mais les trains ne circulent pas donc je l’ai accueillie chez moi. Nous avons heureusement été prévenues assez tôt mais si je n’étais pas là, elle n’aurait pas pu passer l’examen."

Les examens maintenus

Pour les étudiants, le maintien des examens un jour de grève est mal perçu : "C’est incompréhensible. La grève a été annoncée depuis plusieurs jours et je ne comprends pas pourquoi l’université n’a pas mis de choses en place afin de trouver des alternatives. J’ai quand même lu dans la presse que les absences seraient justifiées mais cela ne concerne que l’Université de Saint-Louis apparemment", indique Victor citant une information de nos confrères de La Libre.

Quoi qu’il en soit, ceux qui n’ont pas pu se rendre à leurs examens du jour se voient donc reconduits aux secondes sessions en août pour repasser leurs épreuves.

Néanmoins, Victor se montre compréhensif des grévistes : "Je comprends la grève, je prends le train tous les jours et je vois le manque de financement de la SNCB. Mais ce qui m’étonne, c’est que les universités n’aient pas mis en place des alternatives alors que ce n’est pas la faute des étudiants. On sort de deux années de crise sanitaire où les cours étaient donnés en ligne donc je pense que des alternatives auraient pu être possibles. Il y a eu très peu d’informations de la part de nos universités", déclare-t-il.

En maintenant les examens ce jour de grève, on crée une dualité entre les étudiants et les travailleurs. Or, s’ils se mobilisent, c’est pour notre avenir car les services publics, c’est l’enseignement, c’est notre santé, c’est notre protection.

Du côté de la FEF, la Fédération des Étudiants Francophones, on déplore le choix des universités de maintenir les examens ce mardi : "On trouve cette situation regrettable", dénonce Lucas van Molle, président de la FEF. "Les syndicats, les travailleurs se mobilisent pour sauvegarder le service public. Or, l’enseignement supérieur est un service public. On aurait attendu de la part des établissements de faire preuve de solidarité en levant les examens. Elle était prévue depuis un moment et des adaptations auraient pu être trouvées en déplaçant les épreuves un autre jour. Ici, en maintenant les examens ce jour de grève, on crée une dualité entre les étudiants et les travailleurs. Or, s’ils se mobilisent, c’est pour notre avenir car les services publics, c’est l’enseignement, c’est notre santé, c’est notre protection", regrette-t-il.

Impact de la grève sur les étudiants: la FEF déplore le choix des universités de maintenir les examens

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet :

Journal Télévisé du 31/05/2021

Sur le même sujet

Fin de la grève à la SNCB qui s'attend à un retour à la normale dès mercredi matin

Belgique

Grève dans le service public : quel impact sur vos déplacements (en temps réel) ?

Mobilinfo

Articles recommandés pour vous