RTBFPasser au contenu
Rechercher

Moteurs Formule 1

F1 : une multitude de changements en 2022 avec une révolution technique en toile de fond

Formule 1
22 févr. 2022 à 11:33Temps de lecture3 min
Par Gaëtan Vigneron

Les écuries ont présenté leurs nouvelles livrées avant de mettre le cap sur Barcelone pour les premiers essais hivernaux de mercredi à vendredi.

La saison 2022 sera la plus longue de l’histoire avec 23 GP dans 21 pays en 35 semaines, avec 6 double headers (2 GP coup sur coup) et 2 triple headers (3 GP qui se suivent en 3 semaines).

Le règlement technique a fortement changé, certains n’hésitant pas à parler de révolution technique.

Le but poursuivi est d’améliorer le spectacle en piste en permettant aux bolides de se suivre de plus près sans être perturbés par les turbulences créées par la voiture devant.

Une nouvelle philosophie aérodynamique a vu le jour avec des ailerons simplifiés et le retour de l’effet de sol.

L’appui produit pour coller les monoplaces à la piste viendra du fond plat, du plancher de la voiture. C’est là qu’il faudra dompter le flux d’air, ce qui aura bien sûr un impact sur d’autres parties de la voiture.

Plafond budgétaire et style de pilotage à adapter

La Mercedes 2022
La Mercedes 2022 © Tous droits réservés

Les écuries vont certainement, dans un premier temps en tout cas, explorer des voies différentes et les pilotes devront sans doute adapter leur style de pilotage.

Tout le travail devra se faire dans le cadre du budget plafond de 140 millions de dollars sur la saison. Les formations les plus puissantes ont dû se réorganiser et souvent réduire leurs effectifs pour rester dans la nouvelle norme. Il est désormais plus délicat pour elles de savoir dans quels domaines investir les ressources, avec peu de droit à l’erreur.

L’objectif de ce budget plafonné est d’essayer de diminuer l’écart entre les toutes grosses structures et les autres plus modestes.

Dans le même ordre d’idées le recours à la soufflerie sera plus restrictif. Plus la position de l’écurie au championnat est haute, moins elle a droit à du temps en soufflerie.

Un nouveau règlement technique offre toujours, en théorie du moins, la possibilité de voir un team trouver une idée originale qui pourrait lui permettre de prendre un avantage inattendu en début de campagne. On a eu des exemples dans le passé de teams ayant mieux interprété une nouvelle réglementation.

Du changement au niveau carburant, pneus et roues

Formule 1.
Formule 1. AFP or licensors

Le bloc-moteur sera, lui, gelé pour les 4 prochaines saisons, jusqu’à l’arrivée de la prochaine génération en 2026, avec probablement l’arrivée d’un nouveau constructeur avec le groupe VW.

Il sera encore possible de corriger un souci sur base de la fiabilité ou de la sécurité par exemple mais les motoristes ont tout intérêt à démarrer 2022 avec un moteur bien dans le coup.

On notera aussi l’apparition d’un carburant plus renouvelable E10 avec 10 pourcents d’éthanol et de biocomposants, ce qui influencera la performance. Certains parlent d’une perte de 20 chevaux.

Les roues et les pneus seront totalement différents également cette saison avec le passage des 13 aux 18 pouces et le retour d’une sorte d’enjoliveurs et déflecteurs.

Avec moins de surchauffe, ces nouvelles gommes devraient en principe permettre aux pilotes de pousser plus fort en course.

Certains ont déjà évoqué de possibles problèmes de visibilité avec ces pneus plus imposants qui auront aussi un impact sur les pitstops.

Plus de points pour les courses sprint et communications radio avec la direction supprimées

Michael Mais n’est plus le directeur de course.
Michael Mais n’est plus le directeur de course. AFP or licensors

Il y aura toujours 3 courses sprint sur la saison (à Imola, en Autriche et au Brésil) mais avec une autre attribution plus importante de points.

On saluera encore l’arrivée d’un nouveau GP à Miami en mai et toujours le GP de Belgique à la fin du mois d’août.

Le Directeur de course controversé de la saison dernière, Michaël Masi, a été écarté pour un nouveau duo en alternance (Eduardo Freitas et Niels Wittich), avec le soutien d’un conseiller expérimenté (Herbie Blash) et même la mise en place d’une sorte de VAR de la F1. Les communications radio avec la Direction de course ont été bannies.

Il y aura aussi l’obligation pour les teams de faire rouler un jeune pilote pour au moins 2 séances libres du vendredi matin.

Un seul rookie sera au départ de la nouvelle saison, le chinois Guanyu Zhou chez Alfa Romeo aux côtés de Valtteri Bottas.

Une saison 2022 qui sera aussi la première sous la Présidence de Mohammed Ben Sulayem à la tête de la Fédération Internationale Automobile.

Pour le reste, on ose croire à un nouveau duel entre Verstappen et Hamilton, avec pourquoi pas d’autres pour se mêler à la bagarre… Pourquoi pas Russell, le nouvel équipier d’Hamilton chez Mercedes, les 2 pensionnaires de chez Ferrari (Leclerc et Sainz) ou encore Norris ou d’autres…

De manière plus générale, la question à l’aube de cette campagne est de savoir si cette ère nouvelle bousculera ou non la hiérarchie… Faites vos jeux…

Le tout à suivre encore sur tous les medias de la RTBF.

Articles recommandés pour vous