Icône représentant un article video.

Moteurs Formule 1

F1 Hongrie – Vettel vu par ses directeurs d’écurie : "Un quadruple champion du monde aussi constructif, c’est rare"

31 juil. 2022 à 08:00Temps de lecture1 min
Par Mariano Spitzer avec Gaëtan Vigneron

Un quadruple champion du monde qui annonce sa retraite du monde de la F1, cela n’arrive pas tous les jours. C’est pourquoi le paddock est unanime au moment de rendre hommage à Sebastian Vettel. Après les pilotes, c’est aux différents directeurs d’écurie avec lesquels le pilote de 35 ans a travaillé au long de sa carrière, que notre envoyé spécial, Gaëtan Vigneron, a tendu le micro.

Et s’il y a bien un patron qui a connu celui qu’on appelait Baby Schum à ses débuts, c’est Franz Tost. L’ancien directeur de Toro Rosso (aujourd’hui devenue AlphaTauri), revient sur les années de succès du jeune allemand entre 2007 et 2008. "J’étais surpris mais je comprends sa raison. Je le remercie car il a apporté énormément d’énergie à Toro Rosso et il a gagné le premier Grand Prix de notre histoire à Monza en 2008. Personne ne va l’oublier chez nous. Je veux le remercier pour ces beaux moments passés ensemble et je lui souhaite tout le meilleur pour l’avenir".

Collègues chez Toro Rosso mais aussi chez Ferrari, Laurent Mekies souligne les qualités sportives et humaines du champion. "C’est un pilote et homme extraordinaire. C’est très émouvant pour tout le monde de le voir partir. Il symbolise le respect pour ses collègues mais aussi pour la planète. C’est avec beaucoup d’émotion qu’on va le voir partir donc on va profiter de ces dernières courses".

"C’est un vrai gentleman"

S’il y a bien un directeur d’écurie qui symbolise les années Vettel en F1, c’est sans aucun doute Christian Horner. Le directeur de Red Bull a été un grand artisan des quatre titres consécutifs de son poulain et en profite pour lui rendre hommage. "Il a eu une carrière incroyable. Ca a été un membre clé de notre écurie pendant de nombreuses années. D’abord comme pilote junior, puis chez Toro Rosso avant de venir chez nous et remporter quatre championnats. C’est une grande personne et un vrai gentleman. Je suis triste de le voir partir mais il peut être très fier de ce qu’il a réalisé en F1".

Et qu’en pense Mike Krack, son boss actuel chez Aston Martin ? "Il m’a appelé mercredi. J’étais déçu parce qu’on espérait qu’il continuerait mais on savait que ce moment allait venir. Qui pour le remplacer ? J’ai reçu beaucoup de messages mais on devra se réunir la semaine prochaine pour définir quel type de pilote on veut pour l’avenir".

Mais la tâche ne s’annonce pas simple. "Ce ne sera pas facile de remplacer Sebastian, il faut être réaliste. Mais un départ, c’est aussi une chance, il faut qu’on décide quel type de profil on veut : un jeune ou un expérimenté ? Je suis confiant quant à une issue favorable même si on n’a pas encore de nom en tête".

L’ingénieur luxembourgeois n’hésite pas à mettre en avant le professionnalisme de Vettel, malgré deux années compliquées dans l’écurie de Lawrence Stroll. "Il m’a beaucoup plus impressionné que s’il avait eu du succès. Un quadruple champion du monde aussi constructif pour essayer de nous améliorer, c’est rare. Il aurait pu être frustré mais ça a été le contraire, il nous a poussés à devenir meilleurs. C’est un plaisir de travailler avec lui, c’est quelqu’un de très constructif. Que va-t-il faire l’année prochaine ? Je ne pense pas qu’il va rester dans le monde de la F1 comme d’autres anciens pilotes".

Auteur d’un podium avec l’écurie anglaise l’année passée, le champion du monde tentera de réitérer l’exploit avant de définitivement raccrocher le volant. Première tentative ? Ce dimanche au Hungaroring lors d’une course à suivre dès 15h sur les médias de la RTBF.

Les directeurs d’écurie rendent hommage à Vettel.
Les directeurs d’écurie rendent hommage à Vettel. AFP

Articles recommandés pour vous