Moteurs Formule 1

F1 Hongrie – Leclerc sort (déjà) la calculette : « Les gens vont penser que je suis fou, mais je crois encore au titre »

29 juil. 2022 à 05:00Temps de lecture1 min
Par Thibaut Rinchon avec Gaëtan Vigneron

Une semaine après l’énorme désillusion du grand-prix de France où Charles Leclerc est parti tout seul à la faute, le Monégasque est de retour dans le paddock. Le pilote Ferrari, toujours franc devant les médias, a prouvé une fois de plus le week-end dernier qu’il pouvait se montrer très dur avec lui-même. Au Castellet, dans la foulée de sa sortie, le Monégasque avait déclaré que s’il continuait à commettre ce genre de faute il ne méritait pas de gagner le titre. La question que beaucoup de monde se pose c’est de savoir si, avec 63 points de retard et 10 courses à disputer, Leclerc croit encore à la couronne mondiale. Et la réponse du Monégasque fuse : "Carrément ! Peut-être que les gens vont croire que je suis fou, mais j’y crois."

Le pilote Ferrari qui s’est amusé des différents scénarios aperçus sur les réseaux sociaux. "J’ai vu les chiffres sur twitter : si je gagne toutes les courses et que Max termine 2e, mais sans signer tous les tours les plus rapides, je gagne le championnat. Il ne reste plus qu’à gagner toutes les courses (rire). En tout cas c’est la mentalité à adopter sinon autant rester à la maison."

Pour la plupart des observateurs, au vu des erreurs commises par l’équipe, le principal adversaire de la Scuderia, c’est la Scuderia elle-même. Une affirmation pas totalement fondée selon Leclerc : "Après les deux saisons difficiles en 2020 et 2021, je pense qu’on a montré cette année qu’on était capable de rebondir et de revenir au top. On n’a pas encore atteint le niveau qu’on souhaite, mais on se bat pour des victoires ce qui n’était vraiment pas garanti après les deux saisons précédentes. C’est sûr qu’on a connu des problèmes moteurs qui nous ont coûté beaucoup de points, une faute de pilotage au Paul Ricard fort coûteuse aussi, et puis des erreurs de stratégie qui nous ont coûté beaucoup d’unités également, mais la performance est là."

Mais que Leclerc le veuille ou non, Ferrari est passé à côté de beaucoup de succès tout faits à la suite des cafouillages stratégiques et erreurs de pilotage. Tout cela dans des moments où la victoire n’aurait, à priori, pas été contestée par Red Bull. Il n’est donc pas totalement incorrect de penser que les rouges se prennent souvent les pieds dans le tapis tout seuls.

Articles recommandés pour vous