RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Extension de la fibre optique par Proximus : "un investissement nécessaire mais peu rentable à court terme"

Le marché matinal

Pourquoi la fibre optique en Belgique ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

01 juil. 2022 à 07:30 - mise à jour 01 juil. 2022 à 08:05Temps de lecture1 min
Par Maud Wilquin

Proximus a annoncé ce mercredi vouloir étendre la couverture de la fibre optique à 95% des foyers et entreprises belges dans les dix ans à venir. De quoi offrir un Internet fixe, rapide et stable y compris dans les zones peu peuplées du pays. Pour cela, le géant de la télécommunication devra investir près de 4 milliards d'euros.

Un investissement nécessaire selon Maxime Paquay, journaliste à L'Echo : "La Belgique est la dernière de la classe fibre optique en Europe. Pas que ce soit forcément un constat cataclysmique. Et les raisons sont connues : il y a déjà une large couverture par câble en cuivre, mais l’infrastructure existante ne peut pas être facilement réutilisée, des chantiers d’ampleur sont nécessaires et les coûts de déploiement de la fibre sont élevés." 

Loading...

Selon lui, la stratégie de Proximus lui permet également d'anticiper l'arrivée d'un quatrième opérateur en Belgique, le Roumain DIGI, mais aussi de faire baisser les coûts de fonctionnement : "Une fois que c’est installé, la fibre coûte moins cher à entretenir et c’est en plus moins énergivore que le cuivre. L’argument environnemental a du poids lui aussi. Service, infrastructure, concurrence, souveraineté, environnement, remarquable convergence des enjeux. En fait, rien ne garantit que ce vaisseau Proximus naviguera à la longue vue en eaux paisibles jusqu’à son cap à 20 ans avec son plan industriel à long terme, mais on peut en tout cas déjà saluer une certaine fibre de l’ambition."

Peu rentable à court terme

Mais si l'investissement a du sens, il ne devrait pas être rentable à court terme : "Il faudra aussi de l’argent public pour concrétiser ces investissements massifs et fort peu rentables dans l’immédiat", précise Maxime Paquay. "Et bien sûr, ces investissements risquent de peser sur la rentabilité du groupe à moyen terme. Pour un acteur coté en Bourse comme Proximus, investir dans une infrastructure Internet fixe digne de ce nom pour les zones les moins peuplées du pays, cela relève en fait presque de la fronde vis-à-vis des actionnaires qui attendent du rendement à court terme et du dividende."

Sur le même sujet

Proximus veut étendre la couverture fibre à 95% des foyers et entreprises belges

Economie

Proximus raccorde son millionième bâtiment à la fibre optique, c’est l’Atomium.

Politique

Articles recommandés pour vous