Existe-t-il une politique migratoire européenne ?

Existe-t-il une politique migratoire européenne ?

© JORGE GUERRERO - AFP

19 oct. 2018 à 17:20Temps de lecture2 min
Par RTBF

La politique migratoire sera sans doute l'un des enjeux principaux de la campagne électorale européenne. C'est un cailloux qui traîne dans la chaussure des dirigeants européens depuis plusieurs années maintenant.

Comment expliquer qu'on fasse du surplace? 

Pour Philippe De Bruycker, spécialiste du droit de l'immigration et de l'asile à l'ULB, le règlement de Dublin est la principale pierre d'achoppement: "ce qui pose problème, c'est la solidarité entre les Etats membres. Ils ne parviennent pas à s'entendre sur la manière de répartir entre eux les demandeurs d'asile". 

La réforme du règlement de Dublin, qui détermine l'Etat le membre de l'Union européenne responsable d'examiner une demande d'asile, revient sur la table des 28 Etats membres à chaque sommet européen. Mais, le dossier fait du surplace.

"Le règlement de Dublin dès le départ a été un règlement de responsabilité, qui vise à indiquer l'Etat membre responsable mais qui n'a jamais pris en considération la notion de solidarité. C'est un vieux règlement qui trouve ses origines dans la Convention de Schengen et qui a été imaginé par des gouvernements à une époque intergouvernementale. Aujourd'hui, il ne répond plus du tout aux problèmes que nous rencontrons et personne ne sait comment le modifier", explique Philippe De Bruycker. 

Dupliquer l’accord entre l’Union européenne et la Turquie ? 

C'est la solution imaginée en mars 2016 pour freiner l'arrivée quotidienne de millier de personnes sur les côtes grecques. Cet accord entre le gourvernement Erdogan et l'Union européenne prévoit le renvoi vers la Turquie de tous les migrants qui débarquent en Grèce. En contrepartie, les Européens se sont notamment engagés à verser une aide de 6 milliards d'euros au gouvernement turc pour qu'il s'occupe des migrants qui se retrouvent bloqués sur sont territoire. 

Est-ce que le modèle turc est transposable à d'autres pays ? Pour le spécialiste du droit de l'immigration et de l'asile à l'ULB, la question est de savoir si la Turquie correspond à la définition d'un pays tiers sûr, "un pays dans lequel les syriens trouvent une certaine sécurité et qui garantit que leurs droits de demandeurs d'asile soient respectés." Et, selon Philippe De Bruycker, on peut en douter.  

Découvrez l’intégralité de l’interview de Philippe De Bruycker, ce vendredi à 19h10 dans La Semaine de l'Europe sur La Première

Toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne.

Sur le même sujet