Regions

Exclusion ou démission ? Le Molenbeekois Ahmed El Khannouss quitte Les Engagés

Entre Les Engagés et Ahmed El Khannouss, la rupture est consommée

© Tous droits réservés

10 oct. 2022 à 13:54Temps de lecture3 min
Par Philippe Carlot

L'hémorragie se poursuit au sein des Engagés bruxellois. Ce midi, vers 13h15, l'ancien député et ex-échevin molenbeekois Ahmed El Khannouss nous appelle. Il se trouve à l'aéroport de Tanger, au Maroc, où il attend de décoller à destination de Bruxelles. L'objet de son appel? Nous informer de sa démission des Engagés. 

Exclu le matin même

Cette démission était dans l'air depuis plusieurs mois, depuis le changement de nom et de doctrine du CDH, devenu "Les Engagés". Alors pourquoi l'annoncer précipitamment par téléphone depuis l'étranger plutôt que d'attendre son retour à Bruxelles? Sans doute parce qu'Ahmed El Khannouss venait d'être informé, le matin même, de son exclusion du parti par le Président Maxime Prévôt. 

Une annonce rendue publique à 13h45 par nos confrères de La Libre Belgique. "J'ai pris connaissance des propos de M. El Khannouss publiés sur Twitter", developpe le Président des Engagés. "Des tweets dans lesquels il considère que nous avons tourné le dos à nos valeurs et nous qualifie de populiste sur le dossier de l'abattage rituel. Ce sont des expressions publiques infondées et outrancières qui sont à l'opposé des valeurs qui sont les nôtres (...). Je choisirai toujours un humanisme universel plutôt qu'un quelconque repli communautariste". 

Lefrancq, Frémault, El Khannouss : qui reste-il chez Les Engagés?

Le départ - volontaire ou non - d'Ahmed El Khannouss ne fait que confirmer la mauvaise santé des Engagés à Bruxelles. Au mois de mai, c'est la cheffe de groupe et ancienne Ministre Céline Frémault qui annonce son retrait de la politique en 2024. A 48 ans, Céline Frémault n'est pourtant pas en fin de carrière et elle aurait naturellement pu prétendre occuper la tête de liste régionale lors du prochain scrutin. 

La semaine dernière, c'est la députée Véronique Lefrancq qui annonce sa démission des Engagés et son intention de désormais siéger comme indépendante au Parlement bruxellois. Elle ne se reconnaît plus dans les valeurs et dans le programme du nouveau parti. Elle est rapidement suivie par la présidente de la section de Ganshoren, elle aussi en rupture avec la nouvelle ligne des Engagés. Quelques semaine auparavant, ce sont les responsables du Comité d'arrondissement de Bruxelles qui avaient collectivement jeté le gant, sans quitter pour autant les Engagés. Officiellement, il s'agissait seulement de se mettre en conformité avec le nouvel organigramme du parti, qui ne se structure plus en arrondissements. Officieusement, il est question d'un mécontentement sur la place accordée à Bruxelles par la direction. 

Molenbeek Autrement

Démissionnaire ou exclu, au fond peu importe. Depuis plusieurs mois, Ahmed El Khannouss nous parlait de la création dans sa commune d'un mouvement citoyen baptisé "Molenbeek Autrement. Molenbeek Anders" englobant de nombreux militants de la section locale des Engagés tout en se proclamant en rupture tant avec le manifeste qu'avec les statuts du successeur du CDh. 

"Depuis de nombreuses années, je dénonce de très graves dérives au sein du parti", explique Ahmed El Khannouss. "Des positionnements par rapport à des enjeux de société qui sont extrêmement importants par rapport à des attitudes de certains élus, je parle évidemment de Georges Dallemagne, mais aussi de choses qui se sont passées en coulisses qui sont relativement graves (...). Par rapport aux valeurs humanistes que nous défendons en théorie, il y a eu une incapacité tant de la part du président que d'autres responsables de pouvoir se remettre en question."

Ahmed El Khannouss reconnaît par ailleurs incarner une personnalité clivante, qui a déjà eu maille à partir avec les instances disciplinaires de son parti à cause de prises de position publiques en porte-à-faux avec la doctrine officielle. Son divorce d'avec les Engagés est tout sauf inattendu. 

 

Des régionales de 2024 périlleuses

L'actuel groupe Les Engagés au Parlement bruxellois apparaît décimé : Céline Frémault plus candidate, Bertin Mampaka parti au MR, Véronique Lefrancq démissionnaire, comment présenter une liste consistante en 2024, sachant en outre que le populaire Pierre Kompany affichera 77 ans bien sonnés en 2024? 

"Nous avons aussi des personnalités nouvelles qui nous rejoignent", positive Maxime Prévôt. "Il faut bien se rendre compte que certaines personnalités étaient aussi jusque là parfois des éléments qui freinaient de nouvelles adhésions. (...) Nous comptons sur nos actuels parlementaires, Gladys Kazadi, Christophe Debeuckelaer, Pierre Kompany...De nouveaux visages nous rejoignent, pensons par exemple à Yvan Verougstraete et puis il y a tout un vivier de jeunes aussi, et de personnes qui ont envie de faire de la politique différemment." 

Pour autant, Maxime Prévôt admet que les récentes intentions de vote des différents baromètres politiques n'incitent pas à un optimisme démesuré. Il se refuse cependant à penser que "tout prend l'eau" et que Les Engagés se dirigent tout droit vers la chronique d'un désastré annoncé. 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous