RTBFPasser au contenu

Evaluer les enseignants ou les contrôler et les sanctionner? Les syndicats menacent de se retirer du Pacte d'excellence

Evaluer les enseignants ou les contrôler et les sanctionner? Les syndicats menacent de se retirer du Pacte d'excellence
11 déc. 2020 à 14:18 - mise à jour 11 déc. 2020 à 14:182 min
Par MJ

Le Pacte pour un enseignement d’excellence prévoit une évaluation régulière des enseignants. Un décret doit baliser cette évaluation. Il est en préparation et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il fâche les syndicats d’enseignants.

Cette évaluation est liée au nouveau système de gouvernance du système scolaire mis en place par le Pacte d’excellence, le fameux plan de pilotage, et qui prévoit que chaque établissement scolaire établisse un " contrat d’objectifs " avec la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Mais cette évaluation, si elle est loin d’être contestée, prévoit aussi des sanctions, et des sanctions, pour les organisations syndicales, il ne peut en être question. Elles menacent donc tout simplement de se retirer du Pacte d’excellence, de ne plus y participer.

Elles l’ont fait savoir cette semaine dans une note envoyée aux deux copilotes du Pacte d’excellence.

Ce que prévoit le texte contesté

Cette évaluation des enseignants serait menée par le directeur de l’établissement scolaire. Avec à la clé, dans le rapport de la direction, une mention favorable ou défavorable.

Si cette mention était défavorable, l’enseignant serait entendu par le pouvoir organisateur, qui statuerait. S’il confirme cette mention, un plan d’accompagnement de l’enseignant serait alors mis en place, et une nouvelle évaluation serait menée au bout de deux ans.

Avec, si cette évaluation reste négative, des conséquences importantes pour l’enseignant, puisque cela pourrait même conduire à la rupture de son contrat.

Evaluer ou contrôler : il faut choisir

Les syndicats d’enseignants, rejettent cette version du texte. Pas question de mêler évaluation des pratiques pédagogiques et sanctions. L’amélioration des pratiques pédagogiques ne peut pas conduire à ce que " les difficultés et les besoins exprimés par l’enseignant puissent être retenus contre lui ", expliquent-ils dans leur note au Comité de pilotage du Pacte d’excellence. 

Toute menace de sanction mettrait en péril la confiance dans le travail collaboratif, un des éléments clés du Pacte d’excellence ", explique Emmanuel Fayt, du Sel-Setca. "Le pacte prévoit bien une évaluation des directions et des enseignants, mais pas comme cela, pas une évaluation, contrôle, sanction. Permettre à l’enseignant d’évoluer dans sa pratique, c’est une chose, l’attendre au coin de la rue pour le tacler en est une autre", explique Roland Lahaye de la CSC enseignement, "d’autant plus que des sanctions existent déjà dans les différents statuts".

La crainte est donc de voir les enseignants soumis à un contrôle permanent, et à des objectifs personnels à atteindre, sous peine de sanction, si l’école peinait à atteindre les résultats inscrits dans son "contrat d’objectifs". Difficile dans ces conditions de dégager une relation de confiance afin de faire évoluer une concertation les pratiques pédagogiques.

Menace de retrait du Pacte d’excellence

Les syndicats en front commun, mettent en garde : poursuivre sur cette voie reviendrait à "rompre les équilibres du Pacte et reviendrait donc à une rupture de contrat". Ce qui "nous conduirait à mettre fin à notre contribution aux travaux du Pacte".

Les organisations syndicales demandent donc le retrait du texte en préparation et son remplacement par un décret qui porterait sur " les processus et les procédures d’évaluation des situations d’apprentissage ". Un titre plus adéquat et dont "l’objectif serait, comme le prévoit le Pacte, de favoriser l’amélioration des pratiques dans les écoles. Toute possibilité de sanction des membres du personnel résultant de l’évaluation en sera exclue".

 

Articles recommandés pour vous