RTBFPasser au contenu

Cinéma

Europacorp à la croisée des chemins après la déception Valérian

Cara Delevingne et Luc Besson
08 sept. 2017 à 08:05 - mise à jour 08 sept. 2017 à 08:053 min
Par AFP

Europacorp, le groupe de Luc Besson, va devoir revoir ses ambitions à la baisse et faire des choix difficiles après les recettes décevantes du film "Valérian et la Cité des mille planètes" sur son dernier marché clef, la Chine.

L'aventurier de l'espace n'a récolté qu'un maigre box-office aux Etats-Unis, avec 40 millions de dollars, et attiré 3,7 millions de spectateurs en France à la fin août — soit 33 millions de dollars selon le site Box Office Mojo : une bonne performance mais inférieure à celle du dernier gros succès de Luc Besson, "Lucy".

La sortie du film le plus cher du cinéma français en Chine le 25 août, dernière occasion de se refaire pour le groupe, était donc scrutée avec attention.

Si les cinéphiles chinois ont montré un réel engouement pour le film le premier week-end d'exploitation, l'enthousiasme semble être vite retombé. 

Il faut dire que les critiques chinois n'ont pas été très tendres avec le film, dont le titre en mandarin est "Espion galactique: la ville aux milles planètes".

Le "Beijing Wanbao" (Les Nouvelles du Soir de Pékin) a qualifié le décor de "piètre et de mauvais goût comparé au 'Cinquième Elément'". Le coeur de l'histoire est jugé "superficiel et tiré par les cheveux", et le journal estime que "l'oncle Besson (...) n'est pas parvenu à écrire une quelconque intrigue".

Les internautes se sont montrés plus indulgents. Grâce à la réputation de son réalisateur, le film obtient une note de 7,1 (sur 10) sur le site participatif Douban.

Selon les chiffres du CBO, site de référence du box-office chinois, "Valérian" affichait jeudi soir des recettes de 400 millions de yuans (51,4 millions d'euros) après près de deux semaines sur les écrans. 

Par comparaison, "Dunkerque", pourtant sorti une semaine plus tard (le 1er septembre), parvenait à 263,3 millions de yuans.

Europacorp "considère que 'Valérian' est un succès en Chine (...) le film surperforme par rapport à la moyenne des films étrangers en Chine. Et c'est aussi un succès en France et en Russie", a nuancé un porte-parole du groupe auprès de l'AFP.

Le film, inspiré de la bande dessinée de Christin et Mézières, affiche au total des recettes de 212 millions de dollars à la fin août, selon Mojo.

Ce n'est pas encore assez pour rentabiliser un film au budget estimé à quelque 190 millions d'euros, auxquels s'ajoutent d'importantes dépenses marketing. 

Surtout si, comme l'affirme le magazine américain Variety, le point de rentabilité du film est à 400 millions de dollars de recettes, un chiffre que le groupe ne confirme pas.

Chute de 40% en Bourse

Signe du parcours chaotique du film, l'action Europacorp a perdu 40% en Bourse depuis la sortie du film aux Etats-Unis le 21 juillet.

Sur la seule séance de mardi, le titre a dévissé de 10,36%, à la suite de l'annonce du départ d'Edouard de Vésinne, directeur général délégué de la société de production.

Les investisseurs ont peu apprécié ce nouveau départ dans un groupe qui a déjà connu une succession de dirigeants avec Olivier Montfort, Jean-Julien Baronnet, Christophe Lambert et Pierre-Ange Le Pogam.

Le courtier Gilbert Dupont a aussi changé sa recommandation sur le titre, conseillant aux investisseurs de vendre leurs actions Europacorp.

Si le directeur général d'EuropaCorp, Marc Shmuger, reste en place, il fait face à une tâche difficile. 

Europacorp avait assuré, avant la sortie de Valérian, que le risque financier était maîtrisé, le film ayant été prévendu à 90% du budget, alors que seulement 10% relevaient de la responsabilité d'Europacorp.

Mais après une perte nette record de 120 millions d'euros sur l'exercice 2016/17, "Valérian" représentait un enjeu majeur pour le groupe, qui devait se refaire une santé financière, et espérait, en cas de succès, lancer une nouvelle franchise avec plusieurs épisodes des aventures de Valérian.

Le groupe a dit vouloir désormais se concentrer sur les films d'action et de science-fiction, et a noué un partenariat avec STX pour résoudre ses problèmes de distribution aux Etats-Unis. Il prévoit cette année la sortie de cinq films en anglais et sept films en français, dont "Taxi 5", ainsi que des séries.

Pour financer de nouveaux projets, le groupe chinois Fundamental, qui avait injecté 60 millions d'euros dans le groupe et est actionnaire à 27%, pourrait être encore mis à contribution en échange d'une montée au capital.

A moins que le groupe, affaibli, ne devienne une cible d'acquisition.  

 

Valérian : de la BD au cinéma, grâce à Luc Besson

JT 19h30

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous