Diables Rouges

Euro 2024 – Nos spécialistes foot analysent le tirage des Diables : "C’est un groupe à notre portée"

Euro 24 de football : les adversaires des Diables connus

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

10 oct. 2022 à 07:00Temps de lecture3 min
Par Giovanni Zidda

Depuis ce dimanche midi, les Diables rouges connaissent leurs adversaires en vue des qualifications pour l’Euro 2024. L’Autriche et la Suède seront les rivaux les plus dangereux pour notre équipe nationale tandis que l’Azerbaïdjan et l’Estonie complètent un groupe F qui n’est pas insurmontable.

Si la Belgique fait clairement office de favorite dans cette poule, c’est loin d’être joué et des pièges se cachent dans ce parcours qualificatif. Nos spécialistes football nous livrent leur analyse de ce tirage "accessible" pour les Diables rouges.

Benjamin Deceuninck : "Un groupe qui manque de stars mais attention aux collectifs"

"Nos résultats en baisse nous permettent malgré tout de rester dans le pot 1, ce qui nous a facilité les choses quand même et devrait nous permettre de nous qualifier, a priori, plus facilement. Même s’il y a désormais plus d’équipes qualifiées, on a vu récemment qu’un "accident" était vite arrivé.
 
L’Autriche et la Suède sont de bons adversaires. L’Autriche avec son pressing agressif peut être un adversaire qui nous convient moins. Ce sera un bon test. La Suède était elle aussi qualifiée lors de l’Euro 2021 et sans être flamboyante a montré qu’elle était difficile à manœuvrer. L’Azerbaïdjan et l’Estonie, avec tout le respect dû à chaque équipe, devraient permettre aux diables de soigner leurs statistiques.

En gros, ce groupe manque un peu de "stars", mais il faudra se méfier des collectifs autrichien et suédois."

Vincent Langendries : "Ne valait-il pas mieux affronter la France ou l’Angleterre ?"

Toby Alderweireld
Toby Alderweireld © Tous droits réservés

"C’est un tirage favorable même si on peut se demander s’il ne valait pas mieux jouer la France ou l’Angleterre. Histoire de se sortir les tripes dans ces qualifs.

Ça reste un groupe largement à notre portée. L’Autriche c’est pourtant devenu du costaud. La Suède même sans son Ibrahimovic est toujours compliquée à contourner. L’Estonie rencontrée récemment n’est pas un obstacle. Mais attention au déplacement en Azerbaïdjan. Il y a 11 ans on s’était fait piéger là-bas. 1/1.

Ceci dit, les deux places qualificatives directes ne devraient pas nous échapper. Et en cas de non-qualification directe rappelons que la Belgique serait envoyée dans un barrage grâce à son bon classement en Ligue des nations."

Manuel Jous : "Des adversaires consistants que l’on peut dompter"

"On ne peut pas parler d’un mauvais tirage, dans la mesure où on évite la France et l’Angleterre, les deux 'ogres' du pot 2. En revanche, il valait sans doute mieux éviter la Suède dans le pot 3, même si elle ne traverse pas la meilleure période de son histoire. Bref, avec l’Autriche et la Suède, on est tombé sur deux adversaires consistants, mais qu’il doit être possible de dompter même si cela promet d’être serré.

Les deux derniers adversaires ne doivent et ne peuvent pas nous poser de problèmes. L’Estonie devient un adversaire " habituel " (rencontré lors des deux dernières campagnes qualificatives pour la Coupe du Monde !) et l’écart de niveau joue largement en notre faveur. Quant à l’Azerbaidjan, rencontré dans les années de "vache maigre" (2007 et 2011), il faudra aussi faire le plein de points, même si les conditions d’un long voyage vers Bakou ne sont jamais idéales."

© Tous droits réservés

Eby Brouzakis : "Les Diables ne se promènent plus face à des adversaires plus faibles"

"C’est a priori un tirage accessible pour les Diables Rouges mais attention, la courte victoire en Pologne, le nul au Pays de Galles et la courte victoire face à ces mêmes Gallois sont là pour prouver que contrairement à un passé proche, les Diables ne se promènent plus face à des adversaires a priori plus faibles. L’Autriche est 34e au classement FIFA et possède quelques stars : Alaba, Schlager, Sabitzer, Lienhart… Mais sur le papier, de bons Diables sont au-dessus. Le constat vaut pour la Suède mais gare à Kulusevski et Lindelöf

L’Azerbaïdjan est 123e et son meilleur joueur (Emreli) joue au Dinamo Zagreb. Sa cote est estimée à 1,50 millions d’euros. En théorie pas d’inquiétude pour les Diables. Quant à l’Estonie, la Belgique l’a affrontée 8 fois pour 7 victoires et une défaite. Là aussi pas de souci sur le papier. Donc oui on peut parler d’un tirage à la portée des Diables. "

© Tous droits réservés

Pierre Deprez : "L’occasion d’opérer un changement de génération indispensable"

"C’est un groupe très abordable, avec comme adversaires principaux la Suède et l’Autriche (34). Aucune de ces deux nations ne s’est qualifiée pour la Coupe du Monde 2022, toutes les deux ont été éliminées dès les 1/8 à l’Euro 2020.

C’est une toute belle occasion pour le sélectionneur (peut-être Roberto Matinez) d’opérer le grand changement de génération bientôt indispensable, et de lancer/confirmer les jeunes. Et qui sait, l’occasion aussi d’opérer un changement de système de jeu ?"

Roberto Martinez
Roberto Martinez © Tous droits réservés

Pascal Scimè : "Pas d’excuses, la qualification est un must"

"Une des deux places qualificatives ne peut pas nous échapper. Bien qu’il faille respecter des équipes du calibre de l’Autriche qui a fait un bel Euro et la Suède (avec une belle génération offensive), il ne fait pas se chercher d’excuses, la qualif est must. Mais prudence malgré tout car il faudra être costaud très vite. Après, le tirage aurait pu être pire (quand on voit le groupe B et le groupe C) donc pas de panique. On ne peut pas ambitionner de gagner la Coupe du monde et ensuite craindre ce groupe de qualification."

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous