RTBFPasser au contenu

Monde

Etats-Unis: l'importante sécheresse, danger pour Barack Obama?

Un champ de maïs complètement brûlé par la sécheresse
19 juil. 2012 à 19:06 - mise à jour 20 juil. 2012 à 07:032 min
Par AFP

"Il y a une vraie possibilité que cela empire encore", a déclaré Jake Crouch, climatologue au sein de l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA).

Les prévisions pour août montrent ainsi des températures au-dessus de la moyenne sur l'ensemble du territoire américain, ainsi qu'un total de précipitations inférieur à la normale.

Bien que les prévisions ne soient pas définitives, la tendance indique "une grande chance qu'il n'y ait pas d'apaisement possible ou en vue", a estimé Dan Collins, météorologue à la NOAA. Et ces conditions pourraient se poursuivre jusqu'en octobre, voire jusqu'à la fin de l'année.

Les prix alimentaires vont augmenter

La sécheresse concerne désormais plus de 60% du territoire des Etats-Unis, hors Alaska et Hawaï. Dans le Midwest, une région qui est le grenier à blé, à maïs et à soja pour les Etats-Unis et pour une bonne partie du reste du monde, l’eau est rationnée tant dans l’agriculture que pour les usages ménagers.

La Maison-Blanche parle de la plus grande sécheresse que le pays ait connue depuis 1988. Les services météo du gouvernement fédéral remontent plus loin dans le temps et comparent la sécheresse actuelle à celle de 1956.

Barack Obama a déjà déclaré zones sinistrées plus d’un tiers des circonscriptions du pays. Il convoque son ministre de l’Agriculture à la Maison-Blanche et appelle le Congrès à fournir une aide supplémentaire aux exploitants.

A 3 mois et demi de l’élection présidentielle, la sécheresse et ses conséquences représentent un risque politique pour le président sortant.

D’abord, l’administration Obama s’attend à ce que les prix des denrées alimentaires commencent à augmenter avant le scrutin.

Ensuite, les électeurs qui se décident à la dernière minute feront leur choix en étant confrontés à des prix élevés pour une boite de céréales ou un rôti de bœuf.

Enfin, la sécheresse frappe surtout des Etats qui figurent parmi les plus indécis sur le plan électoral, l’Indiana par exemple où c’est l’ensemble de cet Etat qui vient d’être déclaré zone sinistrée par les autorités.

Les Etats-Unis ne sont pas les seuls touchés

Ces perturbations météorologiques sont liées à l'apparition du courant froid La Niña dans les eaux de surface de l'océan Pacifique au niveau de l'équateur, caractérisées par une température anormalement basse.

Les Etats-Unis ne sont toutefois pas les seuls à subir les caprices du climat. Les températures sur l'ensemble de la planète en juin ont été les plus élevées depuis qu'elles ont commencé à être relevées en 1880, selon la NOAA.

Ainsi, les températures générales étaient de 1,07 degré au-dessus de la moyenne, note le rapport mensuel de l'agence.

Autre indicateur alarmant: les épaisseurs des glaces de l'Arctique ont été les deuxièmes plus faibles depuis le début des relevés en 1979. Une énorme quantité de glace, faisant quatre fois la taille du Texas, a même littéralement fondu le mois dernier, un record absolu en juin.

Enfin, le nombre de tempêtes susceptibles de se transformer en ouragans a été anormalement élevé dans tout l'Atlantique Nord durant cette même période.

AFP et MC Bonzom

Sur le même sujet

21 sept. 2012 à 09:03
1 min
09 août 2012 à 07:33
2 min