Monde

Etats-Unis: "Ce pays a été construit avec des armes et du whisky!"

Sur le plateau de CNN, le journaliste Piers Morgan et l'animateur Alex Jones

© Capture d'écran http://piersmorgan.blogs.cnn.com/

09 janv. 2013 à 11:48 - mise à jour 09 janv. 2013 à 13:10Temps de lecture2 min
Par Wahoub Fayoumi

Les activistes, qui espèrent rassembler quelques 50 millions de personnes lors de cette journée, demandent aux détenteurs d’armes à feu de se rendre dans les stands de tirs ou les magasins d’armes, munis du drapeau américain et d’une pancarte affichant le slogan "Touche pas à mes armes". Malgré ses prises de positions radicales, la National Rifle Association (NRA) ne participe pas à cette organisation. Mais elle demeure vigilante. Par la voix de ses responsables nationaux, elle a réaffirmé son opposition à une quelconque modification du deuxième amendement de la Constitution américaine, permettant à chaque citoyen de détenir une arme à feu.

50 millions de personnes attendues, le gouvernement prépare un texte

Car la Maison Blanche y songe sérieusement. Les obstacles sont certes nombreux, comme l’opposition d’une grande partie des élus Républicains à la Chambre des députés, où le Grand Old Party est d’ailleurs majoritaire. Mais l’émotion populaire après le massacre de Newton, qui a coûté la vie à  26 personnes, est encore grande.

Ce ne sera cependant pas simple pour Barack Obama d’imposer le changement attendu par une partie de des citoyens américains. Le vice-président, Joe Biden, a reçu comme tâche de préparer les textes permettant un meilleur contrôle des armes. Plusieurs pistes sont explorées, telle l’interdiction des chargeurs à grande quantité de munitions, ou le contrôle psychologique obligatoire pour les détenteurs d’armes résidant près d’un établissement scolaire. Les militants "pro-armes" ne sont pas prêts à faire la moindre concession. Le point qui les dérange le plus semble être la possibilité d’interdire la vente des armes semi-automatiques.

Un droit sacro-saint

Le raisonnement est simple : la plupart des grandes tueries au États-Unis ont été commises avec ce type de fusil d’assaut. Mais le deuxième amendement est "sacro-saint" pour certains ; comme pour Alex Jones, le très médiatique animateur de radio américain. Ardent défenseur des armes de tout type pour tous, et militant du Tea Party, il avait lancé une pétition sur internet pour demander la "déportation" du célèbre journaliste vedette de CNN,  Piers Morgan, de nationalité britannique. Ce dernier, dont les convictions prohibitionnistes concernant les armes sont publiques, avait qualifié Larry Pratt, patron du puissant lobby "Gun Owners of America", d’"incroyablement stupide".

Finalement invité sur le plateau de Piers Morgan, lundi, le bouillant animateur ne l’a presque pas laissé en placer une : "Ce pays a été construit avec des armes et du whisky !", s’exclame-t-il.

"Hitler et Staline ont aussi désarmé leur population"

Pas question d’enlever aux Américains le droit à l’autodéfense, martèle aussi Alex Jones, pour qui le danger, ce n’est pas l’arme du citoyen, fut-elle un Bushmaster 223 semi-automatique, mais "le complexe militaro-industriel du gouvernement", les médicaments "tueurs en série" des hôpitaux.

Les citoyens américains doivent pouvoir se défendre contre leurs gouvernants, estime-t-il. "Hitler a désarmé sa population, Staline a désarmé sa population, Mao a désarmé sa population, Fidel Castro a désarmé sa population, Hugo Chavez a désarmé sa population! Je suis ici pour vous dire que 1776 (date de la guerre d’indépendance des États-Unis – Ndlr) va recommencer si vous essayez de prendre nos armes à feu !" assène-t-il en direct.

Le journaliste britannique ne perdra pas son sang-froid, répétant que 35 assassinats par armes à feu ont eu lieu en Grande Bretagne en un an, contre plus de 11 000 aux États-Unis. Mais, à entendre les arguments de son invité, le débat n’est pas uniquement rationnel.

W. Fayoumi

Alex Jones vs. CNN's Piers Morgan On Gun Control (Full)

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Arizona: une fillette de 9 ans tue son instructeur de tir par accident

New York investit dans une campagne publicitaire contre les armes