Etats-Unis : arrestations et pillages à Philadelphie après la mort d'un homme noir tué par la police

Débordements lors d'une manifestation à Philadelphie

© GABRIELLA AUDI - AFP

28 oct. 2020 à 05:49Temps de lecture2 min
Par Belga

La ville américaine de Philadelphie a vécu une nouvelle soirée de manifestations mardi, marquée par des interpellations, tandis que des pillages avaient lieu au lendemain de la mort d'un homme noir abattu par des policiers.

La police de la ville a prévenu sur Twitter qu'"une foule importante" d'environ 1.000 personnes s'en prenait à des commerces dans le nord-est de "Philly".

Des images tournées depuis un hélicoptère montraient des pillards en train de dévaliser un magasin Foot Locker, ainsi qu'une autre boutique, et plusieurs vidéos tournées par des médias locaux ont filmé le pillage d'un hypermarché Walmart, également dans le nord de la ville.

Les manifestations ont elles eu lieu dans un autre quartier, à West Philadelphia, où vivait Walter Wallace Junior, cet homme noir de 27 ans abattu en pleine rue par deux policiers lundi après-midi.

En début de soirée mardi, ils étaient un peu plus d'un millier à marcher, avant d'être stoppés par la police, qui avait établi un cordon, ont constaté des journaliste des l'AFP.

Le cortège s'est alors dispersé, mais plusieurs petits groupes d'une centaine de personnes chacun ont sillonné le quartier, certains brûlant des poubelles et plusieurs canapés, transportés au milieu de la rue.

En plusieurs endroits, la police est intervenue sans sommation pour disperser ces petits groupes, parfois à coups de matraques, et a procédé à plusieurs interpellations.

La veille, plus de trente policiers avaient été blessés, dont une policière, renversée "délibérément" par une camionnette, selon la responsable de la police de la ville, Danielle Outlaw. Elle a eu la jambe cassée et était encore hospitalisée mardi.

Les deux policiers impliqués dans la mort de Walter Wallace Jr ont été suspendus dans l'attente des résultats d'une enquête menée par la police et le procureur local. Ils étaient arrivés sur les lieux en réponse à un appel mentionnant une dispute familiale et parlant d'un homme avec un couteau. Selon un porte-parole de la police, Walter Wallace Jr. a refusé de lâcher son arme malgré les injonctions des agents.

La famille du jeune homme a affirmé, par la voix de son avocat, que l'appel n'était pas destiné à la police mais aux urgences médicales, car Walter Wallace Jr, qui souffrait de troubles bipolaires, était en proie à une crise.

Articles recommandés pour vous