RTBFPasser au contenu
Rechercher

Tendances Première

Et si on recyclait nos vieux smartphones ?

01 juin 2022 à 12:25Temps de lecture3 min
Par RTBF la Première

En Europe, on change de smartphone en moyenne tous les deux ans. Que faire de son ancien smartphone ? Certains tentent de le revendre, d’autres le jettent ou le déposent au parc à conteneurs, d’autres encore le laissent traîner dans un tiroir. A Smart World, spécialiste du reconditionnement de smartphones en Belgique a lancé un nouveau service début mai : une solution simple et responsable pour faire ressortir les millions de smartphones qui dorment dans le tiroir des ménages !

Depuis 4 ans, A Smart World travaille avec les entreprises et y collecte les smartphones et tablettes pour les reconditionner localement, en Belgique, avant de les remettre en circulation.

"On s’est rendu compte qu’il y avait énormément de smartphones qui traînaient dans les tiroirs des gens et qu’il n’y avait malheureusement pas de solution pour les en sortir. Et c’est ça qu’on apporte avec notre nouvelle solution qui s’adresse aux particuliers. C’est la solution Obyo, qui sert à tout un chacun pour revendre les téléphones inutilisés", explique Geoffroy Van Humbeeck.

Les chiffres sont impressionnants : 1 800 000 smartphones sont achetés chaque année en Belgique. Et plus impressionnant encore : 85% des smartphones mis de côté chaque année sont encore fonctionnels. Et c’est ceux-là que l’entreprise va racheter aux particuliers pour les remettre en circulation et avoir un impact positif sur l’environnement et la société.

Economie circulaire et locale

Le reconditionnement se passe en économie circulaire, locale, en circuit court, dans les ateliers à Genval, en Brabant wallon : effacement certifié des données, test des appareils, remplacement batterie et écran si nécessaire. Et ensuite remise en circulation des appareils auprès de l’utilisateur final uniquement, et uniquement au sein de l’Union européenne, afin d’assurer la meilleure traçabilité possible de chaque appareil.

Il est important de préciser que c’est un circuit court, parce qu’en général, le marché du reconditionnement des smartphones est un marché en pleine crise de croissance qui n’est pas encore très organisé : les appareils reconditionnés font encore d’énormes trajets pour être reconditionnés dans un endroit du monde, revendus dans un autre.

"Et c’est vraiment dommage, parce que localement, il y a énormément d’appareils à aller collecter. Et qui dit économie circulaire en circuit court, dit que c’est fait localement et que cela crée de l’emploi localement."

En pratique

Concrètement, si vous avez un smartphone qui peut encore servir à quelqu’un d’autre, vous téléchargez Obyo sur le smartphone que vous souhaitez revendre.

Vous suivez les quelques étapes qui permettent à l’application de tester à distance les fonctionnalités de l’appareil.

Et en 30 secondes, une valeur vous est proposée. Si elle vous convient, vous rentrez vos données.

Puis il vous est proposé d’aller déposer votre appareil, en échange de sa valeur, dans un point relais situé dans l’un des 15 magasins Trafic de Wallonie qui participent à l’action. A partir de juin, les 80 magasins Trafic seront partenaires de l’action, dont celui d’Evere en région bruxelloise. Un autre partenaire est prévu prochainement sur Bruxelles.

Des enjeux de taille

L’enjeu est gigantesque, lorsque l’on sait qu’un smartphone neuf parcourt en moyenne un trajet de 160 000 km avant de vous arriver et lorsque l’on considère le travail des enfants pour produire ces appareils ou la quantité de terre à traiter pour récolter les minerais précieux.

La prise de conscience de l’importance du circuit court est aujourd’hui évidente, mais ce n’est pas pour cela que les gens passent à l’acte facilement. D’où l’importance d’apporter une solution simple, facile, qui réponde à leurs besoins.

Obyo contribue, parmi d’autres solutions, à allonger la durée de vie des appareils, à agir sur les inégalités sociales, la fracture numérique et la crise du pouvoir d’achat.

Si on pense à la valeur qu’ont ces 3 millions de smartphones qui dorment dans les tiroirs, la somme de la valeur de ces appareils représente plusieurs dizaines de millions d’euros. Obyo, veut dire One by One, chaque geste compte, un geste à la fois, un smartphone à la fois, et c’est comme ça qu’on va y arriver.

L’inclusion digitale

Le but de la Fondation pour l’Inclusion digitale, dont fait partie A Smart World, est de diminuer la fracture numérique par des dons de smartphones, via des associations locales, de conscientiser via différentes actions et de former. Une école de formation des femmes par les femmes aux métiers de réparatrices de smartphones et tablettes a notamment été créée à Bruxelles. C’est un métier d’avenir, assure Geoffroy Van Humbeeck.

Tendances Première : Les Tribus

Et si on recyclait nos vieux smartphones ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Ces personnes qui ont renoncé au smartphone et qui s’en portent bien

Sciences et Techno

Et si vous pouviez réparer vous-même votre smartphone ?

Zéro Déchet

Articles recommandés pour vous