Et pendant la crise, que fait le Parlement wallon?

Christophe Lacroix: "Ma volonté est en effet de permettre à la Wallonie de continuer à fonctionner malgré le chaos politique gravissime."

© LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

27 juin 2017 à 09:51 - mise à jour 27 juin 2017 à 09:51Temps de lecture1 min
Par RTBF

En attendant que quelque chose se dégage des négociations entre le cdH et les autres partis, pour sortir de la crise politique, le Parlement wallon travaille. Mais au ralenti. Cette semaine, il y a notamment au menu l’ajustement budgétaire. Députés et ministres sont donc réunis autour de ces questions même si, clairement, le cœur n’y est pas.

En commission du budget, le ton du ministre PS, Christophe Lacroix, oscille entre amertume et déception. "Mais c’est mon devoir d’être là , dit-il. "Ma volonté est en effet de permettre à la Wallonie de continuer à fonctionner malgré le chaos politique gravissime qu’a provoqué un partenaire de la majorité en débranchant la prise."

Au cdH : service minimum

A une question de Jean-Luc Crucke (MR), le ministre annonce qu’il y répondra techniquement, mais sans position politique. Stéphane Hazée, Écolo, souligne alors que PS et cdH ne peuvent abandonner le navire sans rendre des comptes. Et le cdH, justement, que va-t-il faire ? Soutenir l’ajustement budgétaire, parce qu’il le faut bien.  

Pour le reste, service minimum, cette semaine pas une seule question cdH n’est prévue dans aucune commission. Ce que justifie le chef de groupe, Dimitri Fourny: "Ça devient un petit peu compliqué dans la mesure où, vous avez entendu le ministre Lacroix, il n’entend plus se prononcer sur des questions d’avenir politique, et donc il est difficile aussi de l’interroger sur des perspectives à venir, sachant que son action va être limitée. "

Voilà pour l’ambiance. Le Parlement wallon travaille, certes, mais au ralenti, comme plongé dans un vague à l’âme et, à ce jour, personne ne sait quand il pourra en sortir.