RTBFPasser au contenu

Regions

Estaimbourg: dégoûté, Pascal Vlieghe arrêtera le lait à la fin de l'année

Estaimbourg: dégoûté, Pascal Vlieghe arrêtera le lait à la fin de l'année
05 nov. 2014 à 09:501 min
Par Vincent Clerin

En septembre dernier, Pascal Vlieghe, un agriculteur d’Estaimbourg ne produisait pas assez de lait pour sa laiterie. Elle avait alors décidé d’arrêter de passer chez lui durant un mois. Les habitants du village et des environs s’étaient mobilisés pour lui et venaient chercher du lait cru directement à la ferme.

Depuis, la laiterie repasse à la ferme. Mais Pascal a décidé d’arrêter de traire ses vaches. "Comme je vais arrêter en fin d’année, la laiterie a accepté de continuer à passer jusqu’à ce moment", explique Pascal. La décision n’a pas été facile à prendre. Mais maintenant qu’il l’a prise, l’agriculteur est sûr de son choix. "J’en ai un peu ras-le-bol de produire du lait qui ne me rapporte plus rien. La machine est vieille. La prochaine pièce qui lâchera me coûtera 1.500 euros. Cela veut dire deux mois de travail. Et puis, je ne vois jamais mes enfants", explique Pascal. Le prix du lait a en effet diminué d’année en année. Aujourd’hui, le litre est acheté 20 cents. Alors qu’il y a peu, il était encore à 35 cents. Et avec la suppression des quotas, la situation risque d’empirer.

Pascal Vlieghe est même un peu dégoûté de la situation. "Pas du métier, mais par les grosses industries qui nous mènent par le bout du nez. Dégoûté des gens qui nous dirigent", confie-t-il. Aujourd’hui, l’agriculteur d’Estaimbourg est même impatient d’arrêter de traire les vaches. Près de son tank à lait, un calendrier est affiché. Pascal y a déjà noté tous les prochains passages de la laiterie et les décompte. Et voit même la fin de l’année comme une délivrance. Il est impatient de pouvoir passer plus de temps avec ses trois enfants et son épouse.

Le fermier va donc vendre ses vaches à la fin de l’année. Il se consacrera à ses bêtes viandeuses et à ses cultures. Il pense également à se diversifier. "Mais il ne faut pas faire ça au hasard. On n’a pas le droit de se tromper", confie Marie-Eve, l’épouse de Pascal.

Sarah Libbrecht

Articles recommandés pour vous