RTBFPasser au contenu

Regions

Estaimbourg: le lait de Pascal Vlieghe distribué dans les écoles communales

Estaimbourg: le lait de Pascal Vlieghe distribué dans les écoles communales
12 sept. 2014 à 09:302 min
Par OPPENS Xavier Van

Durant le mois de septembre, Pascal Vlieghe, agriculteur d’Estaimbourg, ne peut plus livrer de lait à la laiterie, car il n’en a pas produit assez durant le mois d’août. Suite à un appel Facebook lancé par Marie-Eve, sa compagne, un grand élan de solidarité s’est mis en place. Les gens viennent acheter leur lait directement à la ferme. La commune d’Estaimpuis a également été touchée par le sort de l’agriculteur et a décidé de distribuer du lait dans les écoles durant trois semaines. Ce jeudi, une classe est également venue visiter la ferme. "Nous avons été invités par l’administration communale à visiter la ferme et à déguster le lait avec les enfants. En classe je reparlerai du lait et de son circuit", explique Madame Catherine, l’institutrice des enfants.

Les enfants ont visité la ferme, "on a vu des vaches, des chèvres, des chiens, un cochon d’Inde", raconte Alessio. Et ils ont bu du lait. "C’est différent de ce que je bois d’habitude. Cela a un autre goût, c’est meilleur", explique Anthony. Les enfants sont même repartis avec du lait à l’école. "Trois vendredis de suite, nous allons avoir du lait pour le faire déguster aux enfants. Toutes les classes auront ainsi l’opportunité de déguster le lait de la ferme et en parler chez eux", explique l’institutrice.
Toutes les écoles communales de l’entité recevront ainsi du lait les trois vendredis du mois de septembre, "mais le lait sera également distribué à l’épicerie sociale, accessible aux plus fragilisés. Il en sera de même à l’accueil extrascolaire et à la crèche", précise Daniel Senesael, bourgmestre d’Estaimpuis.

Pascal et Marie-Eve sont touchés par l’élan de solidarité autour d’eux. "La population qui se déplace en nombre pour acheter un peu de lait, ça fait chaud au cœur", confie timidement Pascal. "Les gens ont suivi, la commune a suivi, on a vraiment beaucoup de chance. J’étais attristée quand Pascal m’a dit que la laiterie ne passait plus et qu’il fallait jeter le lait", explique Marie-Eve. En réaction, elle avait posté un message sur Facebook pour que les gens viennent directement à la ferme chercher du lait. "Je ne pensais pas que cela aurait autant de succès. Je suis à plus de 5000 partages, c’est magnifique. " Depuis cet appel, pas mal de monde passe à la ferme acheter du lait. beaucoup de personnes de la région, de Tournai, de Mouscron, du Nord de la France. Et il y a des personnes qui viennent même de Bruxelles ou d’Andenne.

Sarah Libbrecht

Articles recommandés pour vous