Monde

Espagne: un sursis pour garder la tête hors de l'eau?

La Bourse de Madrid

© Paco Campos (EFE)

Et si l'on ajoute à cette situation catastrophique les banques espagnoles qui réclament de l'argent frais au risque, sinon, de s'écrouler, on comprend vite que la Commission peut toujours réclamer de réduire drastiquement le trou du budget, le gouvernement espagnol ne peut pas réaliser de miracle. Du coup, dit la Commission, si Madrid poursuit ses efforts, nous sommes prêts à lui accorder un an de plus pour revenir dans les clous.

Qu'attend la Commission européenne en échange?

En échange il faudra que la Commission ait un plan détaillé des mesures que comptent prendre les Espagnols. La Commission ne fait que proposer ce délai, ce sont les Etats qui décideront et ils ne seront sans doute pas tous faciles à convaincre. Les nouveaux textes qui organisent la discipline budgétaire n'ont que 6 mois et, à l'époque, Allemagne en tête, ils avaient été nombreux à dire que cette fois, ils seraient respectés à la virgule près. En 2005, l'Allemagne du socio-démocrate Gerhard Schröder et la France de Jacques Chirac auraient dû être sanctionnées pour déficit excessif mais elles avaient, avec l'appui des autres Etats, obtenu que l'on assouplisse les règles du pacte de stabilité, participant sans le savoir à l'émergence de la situation actuelle.

Le ministre de l'économie espagnole se rendra dans les jours qui viennent en Allemagne pour y rencontrer le ministre allemand des Finances. 

Anne Blanpain

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

L'Espagne va devoir se résoudre à appeler l'Europe à l'aide

Monde

Selon l'Espagne, l'Europe ne peut rien pour elle car elle est trop grande

Economie

Articles recommandés pour vous