Monde

Espagne : les indépendantistes catalans commémorent le référendum raté de 2017

© AFP OR LICENSORS

01 oct. 2022 à 20:11Temps de lecture2 min
Par AFP

Des dizaines de manifestations ont été organisées samedi en Catalogne par les indépendantistes pour commémorer le référendum illégal de sécession du 1er octobre 2017, l'un des moments forts du mouvement qui réclame la sécession avec l'Espagne.

Le principal événement s'est déroulé à Barcelone (nord-est), où des milliers de personnes se sont réunies sur la place de l'Arc de Triomphe. 

Certains acteurs de cette tentative ratée de sécession ont participé à l'événement, comme le président catalan de l'époque, Carles Puigdemont, aujourd'hui réfugié en Belgique pour échapper à la justice espagnole, qui est intervenu par vidéo. 

"Aujourd'hui, ce n'est pas un acte de nostalgie. Que ceux qui (...) nous demandent de ne pas nous en mêler abandonnent tout espoir", a prévenu M. Puigdemont, décrivant le référendum comme "un moment fondateur" vers l'indépendance.

"Mémoire collective"

L'actuel président régional, Pere Aragonès, a prononcé un discours télévisé dans lequel il a déclaré que le 1er octobre 2017 resterait "un jour historique faisant partie de la mémoire collective".

Il s'agit en fait d'une "grande victoire", a assuré M. Aragonès, promettant que "la Catalogne votera à nouveau" un jour sur son indépendance.

Le référendum organisé par les partisans de l'indépendance ce jour-là a bravé une interdiction de la justice espagnole, lors d'une journée tendue marquée par de nombreuses interventions policières pour tenter de l'empêcher.

Les résultats, qui n'ont jamais été vérifiés de manière indépendante, ont conduit à une brève déclaration unilatérale d'indépendance trois semaines plus tard.

41% pour l'indépendance, 52% contre

Le gouvernement central a ensuite démis ses dirigeants, qui se sont retrouvés en prison ou en fuite. 

Selon la dernière enquête du Centre d'études d'opinion, un organisme public régional, 52% des Catalans sont actuellement opposés à l'indépendance, contre 41% qui y sont favorables, loin des 49% de partisans atteints en octobre 2017.

Cette commémoration intervient à un moment de fragilité et de division du camp indépendantiste, essentiellement entre les deux partis qui forment la coalition gouvernementale dans la région, et qui sont plongés dans une nouvelle crise qui pourrait aboutir à la dissolution de leur alliance gouvernementale après six ans d'exercice du pouvoir régional.

La Gauche républicaine de Catalogne (ERC), dont le dirigeant est le président Aragonès, privilégie la négociation avec Madrid, tandis qu'Ensemble pour la Catalogne considère cette stratégie comme une perte de temps et plaide en faveur de la confrontation.
 

Sur le même sujet

Crise en Catalogne : Madrid veut que le catalan puisse être utilisé au Parlement européen

Monde

L'indépendantiste catalan Puigdemont quitte la présidence de son parti

Monde Europe

Articles recommandés pour vous