Monde

Éruption du volcan Nyiragongo en RDC : plusieurs maisons englouties, la ville de Goma épargnée

© AFP or licensors

23 mai 2021 à 06:30 - mise à jour 23 mai 2021 à 08:49Temps de lecture2 min
Par Belga

Une coulée de lave venue du volcan Nyiragongo, dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC), a atteint l'aéroport de la ville de Goma, sur le versant sud du volcan avant de s'arrêter dans les faubourgs de la ville. La ville de Goma "a été épargnée", a annoncé le gouverneur militaire.

"Les laves se sont arrêtées vers Buhene, en périphérie de Goma, (...) la ville a été épargnée", a déclaré le général Constant Ndima, qui a fait état d'un "bilan provisoire de 5 personnes tuées" dans des accidents lors des déplacements de population.

"Le bilan provisoire s'établit comme suit: 5 personnes tuées dans des accidents lors des déplacements de population", a annoncé le général Ndima, qui dirige la province du Nord-Kivu depuis la proclamation de l'état de siège dans la région le 6 mai dernier pour lutter contre les groupes armés.

"Plusieurs vols dans des boutiques et une tentative d'évasion des prisonniers" à la prison de la ville ont été enregistrées, mais "la situation est maitrisée", a-t-il assuré.

Dans la périphérie de la ville, à Buhene, des "maisons ont été ravagées par les laves", a précisé le général, sans donner de bilan chiffré de ces destructions.

"Plus de 7000 personnes ont traversé la frontière vers le Rwanda. Ils ont commencé à regagner la ville depuis ce matin vers 5H00 locales", a-t-il ajouté.

Les populations qui avaient fui vers le sud-ouest, vers Saké, dans la région du Masisi, "commencent aussi à regagner le centre-ville", selon l'officier supérieur.

"Une grande réunion de crise élargie à la Monusco (mission de l'ONU dans le pays), les ONG internationales et nationales, le comité provincial de sécurité et la mairie" se tiendra ce dimanche pour "évaluer la situation", a-t-il par ailleurs annoncé.

Des maisons englouties

Le front de lave est donc situé dans le faubourg de Buhene, qui marque la limite de la ville avec le territoire voisin de Nyiragongo, où des maisons de plusieurs villages ont été englouties.

Du feu et de fortes émanations se dégagaient du front de lave rocheux, noirâtre et toujours instable. Plusieurs habitations ont été englouties par la lave, semblable à un énorme chewing gum avalant tout sur son passage.

Des amas de tôles tordues par la fournaise apparaissaient ici et là sur la roche encore en fusion par endroit, s'étendant à perte de vue.

La lave a stoppé sa progression à quelques centaines de mètres de l'aéroport de Goma, d'où les avions ont été évacués dans la nuit, et où tous les vols du jour ont été annulés, selon une source aéroportuaire.

Plusieurs séismes, une dizaine environ, ont été ressentis à Goma depuis l'aube. 

Une éruption soudaine

Le volcan Nyiragongo, dont les sombres pentes majestueuses dominent Goma et le lac Kivu, est entré samedi soir en éruption, prenant tout le monde de court, y compris les autorités, forcées de donner peu après l'ordre d'évacuation de la ville. 

Cette soudaine activité volcanique a aussitôt provoqué la peur des populations, familières des colères du volcan. "Le ciel est devenu rouge", a raconté une habitante, témoignant "des flammes géantes sortant de la montagne", tandis que des odeurs de soufre se répandaient dans la ville.

La précédente éruption majeure du Nyiragongo remonte au 17 janvier 2002. Elle avait causé la mort de plus de cent personnes, couvrant de lave quasiment toute la partie est de Goma, y compris la moitié de la piste de l'aéroport.

Dans un message diffusé sur Twitter dans la nuit, le président congolais Félix Tshisekedi a annoncé avoir "décidé d'interrompre son séjour en Europe pour rentrer dès ce dimanche au pays afin de superviser la coordination des secours aux populations des zones menacées par cette éruption volcanique".

AFP or licensors

Sur le même sujet

Éruption du volcan Nyiragongo en RDC : les conditions de vie des sinistrés toujours "tragiques"

Eruption volcanique en RDC : le volcan Nyiragongo n’était plus surveillé depuis sept mois

Articles recommandés pour vous