RTBFPasser au contenu

Regions

Eric Zemmour à Bruxelles: portrait d'un provocateur médiatique

La venue d'Eric Zemmour à Bruxelles a déclenché une vive polémique
05 janv. 2015 à 14:55 - mise à jour 06 janv. 2015 à 05:351 min
Par François Heureux

Eric Zemmour est en promotion ce mardi à Bruxelles. Il vient présenter son dernier livre dans deux cercles d'affaire bruxellois. Une dizaine d'associations, parmi lesquelles le Mouvement contre le Racisme et la Xénophobie, les jeunes du PTB, ou encore le Mouvement Ouvrier Chrétien, se mobilisent pour démonter son discours qu'elles jugent notamment raciste et homophobe.

Le Cercle de Lorraine, qui accueille le polémiste pour un déjeuner littéraire à 12h30, a prévu un dispositif de sécurité "extraordinaire". Même chose au B19 Country Club, à Uccle, où Eric Zemmour se rendra dans la soirée.

Eric Zemmour aime et suscite les confrontations. Sur les plateaux télé qu'il écume, il assure le spectacle. Des joutes verbales rapides, un français châtié, une assurance à toute épreuve. Sur un plateau télé, le personnage en impose, et ses idées indisposent. Le parfait client pour des débats animés, des déclarations fortes, des "clash" en direct. 

Eric Zemmour développe des idées d'une droite décomplexée, régulièrement à la limite de l'islamophobie ou du racisme. Un exemple: l'émission "ça se dispute" sur iTélé le 5 juillet. Il y parle du Mondial de football, en affirmant que l'équipe allemande ne gagnera pas, en raison de son métissage ethnique (les Allemands finiront... champions du monde).

Eric Zemmour, l'Allemagne et le Mondial de football

Eric Zemmour a été condamné en 2011 pour provocation à la discrimination raciale. Et récemment, une interview au journal italien Corriere della Sera, lui a valu un licenciement d'iTélé. Il y envisageait un retour massif des immigrés par avions et bateaux.

Cette polémique le précède à Bruxelles. Sous le bras, son dernier livre "Le suicide français" annonce la fin de la Nation, de ses valeurs, et de ses familles. Comme en France, certains y verront le franc-parler d'un intellectuel offensif. D'autres, le discours dangereux d'un manipulateur qui fait le lit du Front National.

Myriam Baele

Articles recommandés pour vous