RTBFPasser au contenu
Rechercher

Régions Brabant wallon

Envolée du prix des matériaux: la piscine olympique de LLN coûtera 35% de plus que prévu, il faut encore trouver 3,3 millions

Faire marche arrière et renoncer à la nouvelle piscine vu la situation? Cette option n'a pas été retenue, le projet est trop avancé.

Le projet de piscine olympique à Louvain-la-Neuve avance bon train. Chargé d’examiner la demande de permis, le fonctionnaire délégué du Brabant wallon rendra sa décision dans les prochains jours. Si le permis est accordé, les travaux pourraient commencer aux alentours du mois de septembre.

Mais tout n’est pas rose, loin de là. En raison de l’envolée du prix des matériaux de construction, le coût du chantier a été revu à la hausse. Et l’augmentation est loin d’être anecdotique. La piscine olympique sera 35% plus chère que prévu, selon les dernières estimations. Le surcoût se chiffre pour l’instant à 4,5 millions d’euros.

Un bas de laine insuffisant

Co-propriétaires de la future piscine, la ville d’Ottignies-Louvain-la-Neuve, l’UCLouvain et la Fédération Wallonie-Bruxelles avaient heureusement mis un peu d’argent de côté pour financer quelques extras, comme des travaux de voirie à l’entrée du quartier de l’Hocaille. Mais ces réserves ne suffiront pas. 3,3 millions (TVA comprise) restent à trouver, soit 1,1 million pour chaque entité.

Il va donc falloir racler les fonds de tiroir. A Ottignies-Louvain-la-Neuve, le collège communal s’est déjà penché sur la question.

"Nous allons peut-être revoir d’autres projets que nous avions mis sur la table en début de mandature, explique Abdel Ben El Mostapha, échevin en charge des bâtiments à Ottignies-Louvain-la-Neuve. Nous ne voulons pas toucher aux taxes et saigner nos concitoyens, donc nous devrons faire des choix pour arriver à l’équilibre."

De quels projets parle-t-on? Pas de réponse à ce stade.

La future piscine sera située à l'entrée du quartier de l'Hocaille, au bord du boulevard de Lauzelle.
La future piscine de LLN aura les dimensions d'un bassin olympique et sera ouverte à tous les publics: sportifs, étudiants, familles, seniors.

Pas de nouveaux subsides

Une chose est sûre, la piscine olympique reste prioritaire pour tous les partenaires. Il n’est pas question d'y renoncer, en dépit des circonstances.

"Pour l’UCLouvain, le projet de piscine aux dimensions olympiques est crucial, non seulement pour la formation de nos étudiants, mais aussi pour notre personnel et nos étudiants qui veulent faire du sport, justifie Nicolas Cordier, coordinateur du développement urbain et régional de l’université. C’est aussi un service important à la société. Dès lors, des budgets complémentaires devront être trouvés."

Et pourquoi ne pas simplement mettre le projet sur pause et prolonger la durée de vie des piscines du Blocry? "Un marché public est en cours et on ne peut pas l’arrêter si facilement que ça", réplique Nicolas Cordier. Par ailleurs, renoncer à construire du neuf nécessiterait d’investir massivement dans la rénovation des deux piscines du Blocry, en fin de vie, ce qui est exclu.

Il n’y a donc plus qu’à trouver l’argent manquant. Et cette fois, les pouvoirs subsidiants n’interviendront pas. La Province du Brabant wallon participe déjà au projet de piscine olympique à hauteur de deux millions d’euros, tandis que la contribution de la Région wallonne avoisine les cinq millions. Selon nos informations, il n’y aura pas de rallonge.

Sur le même sujet

Une croissance au-delà des 2% pour le secteur de la construction en 2022, 2023 et 2024

Economie

Articles recommandés pour vous