Moteurs Formule 1

Entretien exclusif avec Max Verstappen, le pilote qui en veut toujours plus : "Même quand on gagne, il y a moyen de s'améliorer"

Max Verstappen, le pilote qui en veut toujours plus : "Même quand on gagne, il y a moyen de s'améliorer !"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

28 août 2022 à 08:08Temps de lecture3 min
Par Maxime Berger, Billy Moens et Gaëtan Vigneron

Champion du monde en titre, leader du championnat 2022 avec une avance plus que confortable : tout roule pour Max Verstappen (Red Bull). Le Néerlandais s'est confié à notre micro durant ce week-end du Grand Prix de Belgique, à Spa-Francorchamps, 14e épisode de la saison de Formule 1.

Max, avez-vous passé de bonnes vacances ? Est-ce possible de passer des vacances normales quand on est champion du monde ?
"Oui, bien sûr. Nous sommes des personnes comme les autres et tout le monde a parfois besoin de vacances. Je suis surtout resté en famille avec ma soeur, mes amis et leurs enfants. C'était très amusant de les voir courir autour de nous."

Dans votre enfance, vous avez passé beaucoup de temps en Belgique. Avez-vous encore de bons souvenirs de cette période ?
"Oui, j'ai habité en Belgique jusqu'à mes 17 ans. J'ai été à l'école ici. J'ai évidemment beaucoup de souvenirs de Spa aussi, j'y suis souvent venu pour le karting ou pour, après mes entrainements, venir regarder les voitures sur le grand circuit."

L'année dernière, c'était un grand combat entre Lewis et vous. C'était parfois même un peu la guerre. Cette année, cela se passe beaucoup plus sur la piste avec Charles Leclerc. Quelle en est la raison ? C'était la différence de génération ?
"Je pense que c'est surtout au niveau de la voiture. C'est plus facile de se suivre. L'année dernière, si je me qualifiais en pole, cela définissait beaucoup ma course car se suivre était difficile. Cette année, c'est plus ouvert, si votre qualification n'est pas idéale, vous avez encore vos chances pour la course. Pour l'instant, mis à part les deux abandons et l'incident malencontreux avec ce débris à Silverstone, je pense qu'on a bien maximisé nos résultats. J'espère que cela va continuer."

Au début de la saison, vous n'étiez pas très à l'aise avec la RB-18 car vous préférez le survirage au sous virage. Mais vous êtes toujours là, et maintenant, vous êtes plus à l'aise avec la voiture. Y a-t-il une explication à cette évolution ?
"Au début de la saison, la voiture était vraiment trop lourde, surtout à certains endroits inadaptés. Ca n'aidait pas sa tenue de route. Naturellement, cela penchait un peu la voiture. Bien sûr, nous avons amélioré la voiture afin qu'elle aille plus vite donc je pense que l'équipe va dans la bonne direction car une voiture devrait être comme cela, avec un avant très costaud pour aller vite. Vous n'allez pas plus vite avec une voiture qui souffre de sous virage."

Vous êtes présent dans le paddock depuis toujours. Est-ce que c'est ça qu'il faut faire pour rejoindre les légendes ?
"C'est évidemment mieux de commencer jeune car il vous faut les bases qui sont cruciales. Je pratique la course depuis un très jeune âge et je pense que cela m'a grandement aidé. Mais si vous commencez plus tard, vous arriverez simplement plus tard en F1. Si j'avais commencé à 10 ans, je n'aurais pas pu être en F1 dès mes 17 ans. Mais les bons pilotes y arriveront quand même. Il faut donc commencer jeune."

Ce n'est pas toujours perceptible pour les spectateurs, mais quand on parle avec les gens chez Red Bull, ils nous disent que vous les encouragez à repousser leurs limites, vous leur dites qu'il faut toujours essayer d'aller plus vite même si on est loin devant. C'est impressionnant, non ?
"C'est quelque chose que j'ai appris en voyageant avec mon père. On gagnait des courses mais on pouvait toujours faire mieux. En travaillant sur le moteur, sur moi-même, sur tout. J'ai gardé cette approche. Nous avons gagné beaucoup de courses cette année, mais pas toujours grâce à un rythme parfait. Pour moi, on peut toujours trouver dans les détails de quoi s'améliorer !"

Vous êtes quelqu'un de très compétitif. Seriez-vous d'accord de piloter une voiture de milieu de peloton ou vous refuseriez ?
"A ce moment de ma carrière, je n'accepterais pas. J'espère évidemment être encore devant pendant longtemps, mais c'est un point d'interrogation pour le moment. Après avoir gagné des courses et des championnats, retrouver le milieu du peloton me parait difficile. Je dis toujours que la F1, au final, ce n'est pas tout. Je veux expérimenter d'autres choses dans les sports moteurs. Mais bien sûr, avec l'envie de gagner. Ou d'au moins en avoir la possibilité."

Entretien exclusif avec Lewis Hamilton : "Nous serons très offensifs... je ne terminerai pas cette saison sans une victoire"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Entretien exclusif avec Charles Leclerc : "J’aime beaucoup la Belgique, j’adore la passion des Belges pour le sport auto"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous