Regions

Entretenir les lieux de culte peu fréquentés? Le débat est lancé à Bruxelles

La façade ouest de l'église Sainte Catherine a été rénovée mais l'édifice est fermé depuis 2011.

© RTBF

19 févr. 2014 à 08:23Temps de lecture2 min
Par OPPENS Xavier Van

L'église Saint-François Xavier (à Cureghem) est fermée la plupart du temps. La toiture est à remplacer, et les vitraux des fenêtres menacent de tomber.

L'an dernier, 200 000 euros ont été nécessaires pour sécuriser l'édifice mais il en faudra beaucoup plus pour le remettre en état. En attendant, les paroissiens – eux – ont trouvé refuge dans une partie plus confortable du bâtiment. "Le budget pour cette double restauration (toiture et fenêtres) est énorme : plusieurs millions d’euros, explique Solange Waucquez (présidente de la fabrique d'église). Pour quelle utilisation éventuelle ? C’est la question." L'église a failli être démolie dans les années 80, Depuis, sans projet de nouvelle affectation, elle se dégrade inexorablement.

A l'évêché de Bruxelles, on accepte désormais de discuter de l'avenir de ces églises. "L’entretien des grands bâtiments requiert de grands moyens, déclare Jean Kockerols (évêque-auxiliaire de Bruxelles). Il faut savoir ce que l’on souhaite sauvegarder et pour quelles raisons."

Il n'est pas fréquent d'entendre un responsable ecclésiastique ouvrir ce débat sur l'avenir des églises à Bruxelles. Pourtant, cette fois, le débat est vraiment lancé avec la Région bruxelloise. Ce n'est d'ailleurs pas surprenant puisque c'est la Région qui finance 80% des travaux lorsque l'église est classée (comme c'est le cas par exemple de l’église Saint-François Xavier de Cureghem).

Ceci étant dit, pour le moment, on parle plutôt de "réaffectation" que de "démolition" pure et simple. "Chacune des églises bruxelloises est aussi un élément du patrimoine urbain, souvent très central, commente Stéphane Demeuter (de la Commission des Monuments et Sites). Il y a souvent une place, une perspective… Si l’on devait effacer une église du paysage, cela créerait un vide. Ce sont des choses qui vont bien au-delà du lieu de culte."

Justement, existe-t-il des projets de réaffectation, pour faire un autre usage de ces bâtiments ? On discute beaucoup pour le moment mais aucun projet ne se concrétise. Dans certaines églises, on verrait bien un centre culturel, ou du logement, ou du commerce... Mais il faut bien le dire : réaffecter une église, c'est très difficile. Surtout quand elle est classée. De plus, ce sont des bâtiments difficiles à chauffer, à rénover… et les expériences réussies ailleurs en Belgique sont encore fort rares.

Véronique Fievet

Articles recommandés pour vous