RTBFPasser au contenu

Politique

Entreprises : l’absentéisme lié au Covid-19 augmente très fortement

25 janv. 2022 à 11:27 - mise à jour 25 janv. 2022 à 15:324 min
Par Jean-François Noulet

Il n’y a pas que les écoles qui doivent faire face à des difficultés d’organisation liées au Covid-19 et à la propagation du variant Omicron. Dans les entreprises aussi, les cas de contamination, les quarantaines font grimper le taux d’absentéisme. Dans certains secteurs, il est difficile d’organiser la production.

Trois entreprises sur quatre touchées. Selon la FEB, le pire reste à venir

"Trois quarts des entreprises subissent déjà un impact et le pire reste à venir" : c’est le résumé de la situation établi par la FEB, la Fédération des Entreprises de Belgique. Depuis le début de l’année, la fédération patronale sonde une série d’entreprises représentatives des différents secteurs d’activité tels que les industries technologiques, alimentaires, de la chimie, de la construction, de l’énergie, du textile et du bois, de la finance et des assurances.

Depuis début janvier, la situation ne cesse de se dégrader. Après les vacances de Noël, les taux d’absentéisme liés à une infection au Covid-19 ou à une quarantaine étaient encore relativement faibles dans la plupart des secteurs, explique la FEB. Dans certains secteurs, on comptait déjà des taux d’absentéisme relativement élevés. Il y avait 5% d’absents dans les entreprises technologiques et 7,1% dans le secteur alimentaire.

Pour la semaine du 12 janvier, l’absentéisme en raison du Covid-19 touchait 3500 travailleurs sur les quelque 85.000 des entreprises interrogées, soit un taux d’absentéisme de 4,1%.

La dernière enquête menée le 19 janvier par la FEB montre une aggravation de la situation, avec en moyenne 4,8% des travailleurs concernés par l’absentéisme. Le secteur de l’alimentation et celui du textile, bois et ameublement étaient les plus touchés.

Dans le secteur de l’alimentation, près d’une entreprise sur deux doit se passer de 10% de ses travailleurs

L’un des secteurs les plus touchés est celui de l’alimentation. Selon les chiffres communiqués par la FEVIA, la Fédération des entreprises alimentaires, l’absentéisme lié au Covid-19 est en augmentation. Dans ce secteur, on est passé de 8,4% d’absentéisme à 9,4%. Selon la FEVIA, 4 entreprises du secteur sur 5 comptabilisent au moins 5% de travailleurs absents. Dans 45% des entreprises, le taux d’absentéisme est de 10%.

L’absence des travailleurs pour maladie ou quarantaine a des conséquences sur la production. Dans le secteur alimentaire, en l’espace d’une semaine, l’impact négatif sur la production est passé de 8,8% à 10,4%. Et pour 7 entreprises sur 10, tout indique que la situation s’aggrave. Pour le moment, selon la FEVIA, on ne parle pas d’entreprises à l’arrêt, mais d’entreprises qui sont contraintes de stopper des lignes de production.

L’exemple de la Raffinerie Tirlemontoise

A la Raffinerie Tirlemontoise, par exemple, on a connu ces dernières semaines environ 7 à 8% d’absentéisme, alors que la campagne betteravière était encore en cours. Cela a nécessité pas mal de réorganisation dans l’entreprise. "Sur les lignes de production, lorsque l’opérateur est absent, nous avons compensé ça par la présence d’un collègue qui va faire des heures supplémentaires", explique Guy Paternoster, l’Administrateur délégué de la Raffinerie Tirlemontoise. "Plusieurs collègues ont presté des heures au-delà de leur horaire normal", ajoute le patron de la sucrerie.

A présent, la campagne betteravière est terminée, mais le problème de main-d’œuvre dû à l’absentéisme s’est déplacé. "Il se concentre dans les ateliers d’expédition et d’emballage du sucre", explique Guy Paternoster. Là aussi, l’entreprise doit compter sur le personnel restant, qui accepte de prester des heures supplémentaires, pour atteindre les objectifs. Entre les membres du personnel, "il y a une grande solidarité", explique Guy Paternoster. "Ils savent bien que demain ce sera peut-être eux qui seront impactés. Tout le monde fait l’effort de rester à bord", ajoute le patron, qui remercie son personnel. L’entreprise a aussi organisé des navettes de taxi pour raccompagner le personnel qui preste ces heures supplémentaires. "Prester plus que l’horaire normal, ça entraîne une fatigue excessive, surtout quand on doit le faire plusieurs semaines d’affilée, surtout pour les gens qui sont en pause, en travail de nuit ou le matin", souligne le patron tirlemontois.

Optimiste, Guy Paternostre se dit que "ça finira par aller mieux", même si, pour le moment, chaque jour, il y a plusieurs cas qui se déclarent.

Le secteur du textile, du bois et de l’ameublement aussi parmi les plus touchés

Fedustria, la Fédération du secteur textile, bois et ameublement a aussi sondé une série d’entreprises représentatives. Ici, on constate que 10% des travailleurs sont actuellement absents à cause du Covid-19.

Et ici, aussi, cela pose des problèmes d’organisation. Des entreprises sont contraintes de fermer des lignes de production. "On a même une société de moins de 50 travailleurs qui fabrique des cuisines où plus de 30% des travailleurs n’étaient pas présents", explique Filip De Jaeger, Directeur général adjoint de Fedustria. "Dans la production et dans l’exécution des travaux chez les consommateurs où on installe les cuisines, cela pose pas mal de problèmes et cause des retards", ajoute Filip De Jaeger.

Et, logiquement, plus les entreprises utilisent de la main-d’œuvre plus elles sont touchées. Pour Fedustria, l’impact du Covid dans les entreprises est allé crescendo à partir de la réouverture des écoles, après les vacances de Noël.   

Absentéisme : sujet JT 22/01/2022

Sur le même sujet

05 avr. 2022 à 04:51
1 min
14 févr. 2022 à 06:54
8 min

Articles recommandés pour vous