Icône représentant un article video.

Justice

Entre les 2700 parties civiles, "des liens se sont créés, un collectif nécessaire pour surmonter tout ça", témoigne l’avocate Héléna Christidis

L'invité dans l'actu

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

30 juin 2022 à 06:19Temps de lecture8 min
Par Marie-Laure Mathot sur base d'une interview d'Aline Gonçalves

10 mois. Le procès des attentats de Paris a duré 10 mois pendant lesquels les plaidoiries se sont succédé. Il a fallu s’organiser. Avec plus de 2700 parties civiles et 327 avocats, tout le monde ne pouvait pas prendre la parole. Les avocats l’ont donc joué collectif.

"On a finalement pensé à proposer des plaidoiries collectives sur des thématiques.Héléna Christidis fait partie des toges noires au col blanc qui ont pris la parole pendant le procès. "Les avocats qui souhaitaient plaider de façon collective ont plaidé sur des thèmes, donc parfois pour leurs clients et parfois pour d’autres parties civiles."

"Un dossier qu’on porte, nous avocats, depuis plus de six ans"

L’avocate de 27 parties civiles a elle-même plaidé sur le thème des enfants, sur ce qu’est être enfant victime du terrorisme et des attentats du 13 novembre 2015. Une plaidoirie qui peut faire l’objet d’une forte charge émotionnelle. "C’est sûr que l’émotion arrive automatiquement, parce que c’est un dossier qu’on porte, nous avocats, depuis plus de six ans. Donc, c’est automatique qu’au moment où on plaide, c’est aussi un aboutissement pour nous. Et c’est vrai que la thématique des enfants était un peu particulière. Donc oui, il y a de l’émotion et en même temps, après, le côté professionnel revient de toute façon et il permet d’aller au bout de ce que chacun a fait finalement."

Et à force de partager des moments aussi forts, des liens se créent. "Evidemment, des liens se créent entre professionnels, avec les victimes, avec toutes les personnes et tous les acteurs de ce procès, raconte l’avocate. Et on a d’ailleurs vu des victimes qui se sont rapprochées les unes des autres. Il y a vraiment eu quelque chose, un lien qui s’est créé pendant 10 mois et ce collectif a vraiment été nécessaire pour surmonter tout ça."

Sur le même sujet

Attentats de Paris : le dessinateur Palix marqué par l'évolution de Salah Abdeslam tout au long du procès

Justice

Procès des attentats de Paris : Abdeslam passera sa vie en prison, la plus lourde peine prévue par le code pénal français

Monde

Articles recommandés pour vous