RTBFPasser au contenu
Rechercher

Jupiler Pro League

Entre instant d’euphorie et match déterminant, Felice Mazzù se confie sur les moments clés de la saison de l’Union Saint-Gilloise

Les moments clés de la saison de l'Union Saint-Gilloise

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

15 avr. 2022 à 07:00Temps de lecture3 min
Par Pierre Deprez et Philippe Nuccio

Après la fin de la phase classique en Pro League, Felice Mazzu, l’entraîneur de l’Union Saint-Gilloise a donné ses moments clés de la saison des Unionistes. Interrogé par Pierre Deprez, le technicien de 56 ans s’est prêté au jeu de décrire les tournants marquants de la phase classique côté unioniste.

Entre instants d’euphorie ou déterminant, Felice Mazzu s’est remémoré les six moments charnières de la saison de l’Union Saint-Gilloise

L’ancien entraîneur de Charleroi et de Genk a pointé la victoire face à Anderlecht, le 30 janvier dernier, comme le match le plus euphorique de la saison : "Je n’ai pas envie de dire qu’on a vraiment versé dans l’euphorie mais on sait que c’est un Derby et avoir donné cette victoire (à domicile) à nos supporters pour la montée en Division 1, c’était quelque chose de bien. Tant d’années plus tard."

A l’inverse, un des moments les plus inquiétants est la défaite de l’Union face à l’OHL, juste après avoir remporté le titre honorifique de Champion d’Automne en novembre 2021 : "Je me suis posé la question : quand des évènements positifs tournent autour de mon groupe, est-ce qu’on est capable de se remettre en question et de ne pas être dans la suffisance ? Et je pense que ce week-end-là, on a été dans la suffisance. Finalement, dans l’ensemble de la saison, les joueurs nous ont montré que ce n’était qu’un moment, un passage qu’on n’a plus reproduit."

"A partir du moment où il y a de la qualité dans l’équipe, c’est le mental et la volonté qui déterminent l’issue d’un match."

Felice Mazzù pointe le match face à Seraing, remporté 4-2 en octobre 2021 comme le plus déterminant : "on est mené à dix, 2-0 à la mi-temps et on réussit à renverser ce match. Il est le plus déterminant parce que les joueurs ont pris conscience, que même en infériorité numérique, dans un championnat de Division 1, on a été capable de gagner un match contre un adversaire qui nous battait 2-0 finalement à la mi-temps. Je pense qu’ils ont pris conscience que l’enthousiasme, l’envie d’aller vers l’avant parce qu’on a joué à dix toute notre deuxième mi-temps dans la partie adverse du terrain et c’est que simplement qu’on soit à dix ou à onze, c’est la volonté qui détermine finalement. A partir du moment où il y a de la qualité dans l’équipe, c’est le mental et la volonté qui déterminent l’issue d’un match. "

Un des moments les plus étonnants cette saison pour Felice Mazzù concerne les applaudissements de la part de supporters adverses en fin de saison : "Après notre sortie, à chaque match, les supporters adverses nous ont applaudis […] C’est très étonnant et ça doit donner de l’énergie positive à tout le groupe, à tout le club. Comme quoi, le sport peut finalement réunir certains paramètres même quand vous êtes adversaires […] Donc si on pouvait voir cette situation-là beaucoup plus souvent, pas pour l’Union mais pour toutes les équipes, ce serait extraordinaire. "

 

"Mes joueurs ont un peu absorbé cette tristesse que j’avais en moi"

La rencontre face à Malines, le 22 août dernier était le moment le plus triste cette saison pour Felice Mazzù : "Je pense que ça a touché également mes joueurs. C’est le décès de ma maman accompagné de la défaite face à Malines. Je pense que c'était un week-end très difficile. Et mes joueurs ont voulu m’accompagner dans la pensée et ils ont un peu absorbé cette tristesse que j’avais en moi. Ça a provoqué certainement cette défaite à Malines. C’est certainement ce week-end-là qui a été le plus difficile cette saison-ci."

Le moment le plus enrageant, pour le technicien belge est la défaite face à l’Antwerp. Avec 19 tirs dont 10 cadrés, l’Union a manqué d’efficacité ce jour-là : "Vous dominez pendant 75 minutes, vous devez mener par 2, 3, 4-0 et finalement sur deux actions et sur deux mauvais positionnements, vous perdez 1-2. Je ne sais pas si le monde aura en souvenir ce match-là mais c’est certainement le match le plus rageant."
 


>> Retrouvez un reportage complet dans l'émission 100% de ce dimanche.

Sur le même sujet

"L’Union, c’est la famille": à la découverte d’un public atypique, entre esprit brusseleir et nouvelle vague bobo

Regions Bruxelles

La séance de rattrapage : glissades, débordements et playoffs pour la fin de la phase classique

Emission La Tribune

Articles recommandés pour vous