RTBFPasser au contenu

Belgique

Enseignement: le cours de citoyenneté fait son entrée sur les bancs de l'école

Cours de citoyenneté : profs désemparés ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Ce lundi, les premiers cours de citoyenneté vont être donnés dans les écoles primaires du réseau officiel. Ce tout nouveau programme, qui a fait couler beaucoup d’encre ces derniers mois, a pour objectif d’enseigner aux jeunes écoliers les valeurs citoyennes d’une vie en société. Joël Muller est professeur de religion depuis 16 ans. Ce nouveau cours, il l’enseigne depuis ce 1er octobre à ses élèves. Pour cela, le Bruxellois a suivi une formation de 20 heures, afin d’obtenir le titre de "neutralité", indispensable aux futurs professeurs du cours de citoyenneté. "Lors de ces formations, nous avons abordé l’aspect historique de la neutralité en Belgique", avance Joël Muller. "Mais nous avons aussi travaillé sur l’aspect pratique, avec une question centrale : comment enseigner auprès de nos enfants, de manière neutre ?"

L’esprit critique du jeune au centre de ce cours

Durant ces cours de philosophie et citoyenneté, les élèves seront formés aux principes élémentaires de la vie en société. Il leur sera demandé de prendre position de manière argumentée ou encore de comprendre les principes de la démocratie. L’objectif final étant de développer l’aspect critique du jeune. "Le but du cours est avant tout d’éveiller l’esprit critique de l’enfant mais aussi de favoriser le dialogue entre les différents courants philosophiques", explique le Bruxellois. "De ces objectifs découlera une transmission de valeurs citoyennes."

Des problèmes d’horaire en perspective

Dans la pratique, ce programme tout neuf connaît cependant plusieurs difficultés à se mettre en place. De la désignation des professeurs à l’élaboration des horaires, les problèmes sont réels. "Dans notre école, nous ne savons pas encore qui reprend l’horaire du cours de religion, du cours de morale ou du cours de citoyenneté", analyse Joël Muller. "Des professeurs vont perdre une partie de leur horaire ce qui créera inévitablement une perte d’emplois. Une chose est certaine : un tel changement ne sera pas évident à mettre en place."

Articles recommandés pour vous