RTBFPasser au contenu

Regions

Enseignement : deux profs namurois jugent le système discriminatoire

Enseignement : deux profs namurois jugent le système discriminatoire
30 août 2012 à 07:291 min
Par OPPENS Xavier Van

"Heureusement que l’on n’a pas dit tout de suite à Mozart ou à Van Gogh qu’ils ne valaient rien !" Une situation qui pourrait pourtant arriver aujourd'hui dans notre système d'enseignement. C'est en tout cas l'avis de Jean-Marie Manil et de Léonard Guillaume, deux instituteurs de village qui ont décidé un jour de réfléchir à leur métier.

Et leur conclusion tiens en une phrase : "Pour le moment, on axe tout sur le champ de la connaissance en occultant le champ affectif, le champ social et celui des valeurs."

Or, reprennent-ils, certains élèves comme Mozart ou Beethoven, génies de la musique, étaient peut-être extrêmement mauvais pour retenir une formule de mathématiques ou conjuguer à l'imparfait du subjonctif… Alors, les deux professeurs ont décidé de supprimer à la fois les points et les exercices traditionnels. Pour apprendre les fractions par exemple, ce sera à l'élève de s'impliquer et d'être créatif : "J’ai 3 chocolats à partager entre 4 enfants. Dessinez toutes les façons possibles qui vont permettre ce partage et proposez-les sous forme d’affiche."

Repérer les talents de chacun, les valoriser et les inciter à poursuivre dans cette voie. "Cela veut dire qu’un enfant va devenir boucher, qu’un autre va devenir psychologue. Ils le deviennent bien et sont heureux de l’être devenus."

Mais aujourd’hui, certains de ces métiers sont considérés comme des seconds choix, un peu dévalorisé quand on ne réussit pas bien à l’école traditionnelle. Leur philosophie et leurs techniques, les deux professeurs les enseignent dans plusieurs ouvrages, comme à l’université de Luxembourg. Mais pas encore aux futurs instituteurs belges.

Bruno Schmitz

Articles recommandés pour vous