Justice

Enquête sur la disparition de Tanja Groen : en 1993, Dutroux était déjà un prédateur, condamné, puis libéré, et qui préparait la cache…

© Dossier d’enquête

La police et la justice néerlandaise enquêtent sur la possible implication du tueur en série Marc Dutroux dans la disparition de l’étudiante néerlandaise Tanja Groen, 18 ans, en 1993 à Maastricht, ville du sud-est des Pays-Bas située non loin de la frontière belge.

L’assistance judiciaire de la Belgique devrait permettre à la Justice néerlandaise de comparer les traces ADN de Tania Groen avec celles retrouvées dans les propriétés de Marc Dutroux, ses caches et ses véhicules. Les résultats seront transmis "dans les plus brefs délais" au parquet du Limbourg néerlandais, selon le procureur général Jean-Baptiste Andries du parquet de Liège.

Mais pourquoi cette demande aujourd’hui ?

  • Les enquêteurs examinent aussi si les faits et circonstances entourant la disparition de Tanja Groen peuvent être liés à Marc Dutroux.
  • Tania Groen se déplaçait à vélo le jour de sa disparition. Or l’une des adolescentes enlevée par Marc Dutroux se déplaçait à vélo le long d’une route lorsqu’il l’a brutalement jetée dans sa camionnette, accompagné de Michel Lelièvre. Ce dernier avait d’ailleurs confirmé dans ses auditions que les enlèvements n’étaient pas nécessairement prémédités : il "partait en chasse" et passait à l’action en fonction de l’opportunité qui se présentait à lui.
  • Maastricht est proche de la frontière belge, un lieu connu pour s’approvisionner en stupéfiants, trafic dans lequel a été impliqué Dutroux. Michel Lelièvre mentionne d’ailleurs cette Ville en 96 aux enquêteurs. Le passage de Marc Dutroux est donc envisageable

Pour l’heure, Bruno Dayez, l’avocat de Marc Dutroux n’a pas encore eu de contact avec son client. Il lui paraît pourtant peu probable que cette piste aboutisse.

Marc Dutroux a toutefois le profil du suspect à plusieurs égards :

  • En 1993, Marc Dutroux est un prédateur en liberté. Il a bénéficié un an plus tôt d’une libération conditionnelle, malgré une lourde condamnation en 1986 pour de graves faits de séquestrations, enlèvements et viols de mineurs de moins de 16 ans, commis entre 1983 et 1985.
  • Déjà en 1985, Marc Dutroux utilisait le même modus operandi, à savoir enlever en rue une adolescente enfermée dans une camionnette.
  • On ne connaît pas tout son parcours criminel jusqu’à son arrestation en 1996, mais on est sûr d’une chose : avant l’enlèvement de Julie et Melissa, Dutroux a continué à enlever et violer de jeunes filles. Moins médiatisées, trois jeunes slovaques ont été victimes des agissements du Carolo, dont l’une enlevée directement en Slovaquie où il avait coutume de se rendre. Elle avait été entraînée dans sa camionnette…
  • Il commettait donc des enlèvements aussi à l'étranger.
  • D’autre part, les témoignages et les documents saisis à partir de 1996 montrent que Dutroux préparait effectivement des "caches", et qu’il projetait des enlèvements. Mais selon l’enquête, la dénonciation par un complice a mis un coup d’arrêt en 1993 aux travaux entrepris à Marchienne, tandis que la cache de Marcinelle n’aurait été terminée qu’en 1995, après l’enlèvement de Julie et Melissa.

Il semblerait toutefois que l’ADN de Tanja Groen avait déjà fait l’objet de comparaisons lors de l’enquête sur les faits de 1995 et 1996, après prélèvements dans les différentes maisons et les véhicules de Marc Dutroux.

Sur le même sujet : Extrait JT (07/10/2022)

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous