RTBFPasser au contenu

Belgique

Enquête inondations : fallait-il lâcher plus tôt les eaux du barrage d’Eupen ? Réponse négative du directeur wallon des Infrastructures

La gestion des barrages au cœur de la commission d'enquête parlementaire

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

01 oct. 2021 à 17:061 min
Par Patrick Michalle
Barrage d’Eupen juillet 2021
Barrage d’Eupen juillet 2021 Belga Nicolas Maeterlinck

Fallait-il dès le lundi 12 juillet qui a précédé les inondations opérer des lâchers d’eau du barrage d’Eupen afin d’éviter les crues catastrophiques qui ont ravagé la vallée de la Vesdre ?

Pour Etienne Willame, directeur général du SPW Mobilité Infrastructure, la réponse est négative dans le contexte du moment, le barrage étant en principe en capacité d’absorber la quantité d’eau annoncée indiquée par les prévisions de l’IRM. Avec, "une réserve d’empotement" de 5,6 millions de M3, le barrage d’Eupen était en capacité d’absorber les quantités de pluie annoncées par l’IRM", indique le directeur du SPW.

Une première décision en phase avec les prévisions météo

Lâcher des eaux à ce moment n’était donc pas nécessaire et d’autant plus contre-indiqué affirme Etienne Willame qu’un lâcher aurait entraîné à coup sûr une inondation en aval en raison de la situation des cours d’eau et des sols :"on sait qu’à partir d’un débit sur la Vesdre de 30 m3/seconde, nous inondons la ville basse d’Eupen".

Le choix a donc été fait de ne pas procéder à "des restitutions" pour employer le langage des spécialistes en hydrologie. Le lendemain mardi 13 juillet, les prévisions IRM sont restées inchangées ce qui confortait le choix opéré la veille "c’est donc sur cette base que le raisonnement des gestionnaires du barrage a été articulé" précise le patron de l’administration.

Barrage Eupen juillet 2021
Barrage Eupen juillet 2021 Belga Nicolas Maeterlinck

Des quantités de pluie deux fois supérieures aux premières prévisions

Malheureusement mercredi matin en début de matinée, la situation a totalement changé, indique Etienne Willame, et ce sur base des nouvelles prévisions communiquées par l’IRM qui annonce dans son avertissement un code "rouge".

Il est question d’une quantité de pluie deux fois supérieure à ce que l’IRM annonçait lundi et mardi : "et donc ce qui s’est passé c’est que dans la nuit du mercredi au jeudi, septante millimètres (soit en pluviométrie 70 litres au M2) sont tombés en quelques heures sur les Hautes Fagnes", ce qui a posé clairement la question de la capacité d’absorption du barrage.

La Sûre et la Helle ont vu leur débit atteindre des niveaux jamais vus, entre 130 et 150 m3 par seconde alors que l’eau ne pouvait plus emprunter les tunnels : "tout cela a déferlé dans la vallée", a déploré Etienne Willame.

Articles recommandés pour vous