RTBFPasser au contenu
Rechercher

Enorme retard de la Belgique dans l’accessibilité numérique des personnes porteuses d’un handicap

10 juil. 2021 à 15:26Temps de lecture5 min
Par Kamel Azzouz

Depuis le 23 juin 2021, toutes les applications mobiles des organismes et des entreprises publics doivent être accessibles, à tout un chacun et quel que soit le handicap de l’usager.

C’est une directive européenne qui l’impose à tous les Etats membres, mais force est de constater que la Belgique est à la traîne comparée à d’autres pays. A peine 5% des applications mobiles sont accessibles aux personnes porteuses d’un handicap.

Un petit déclic mais la Belgique est loin du compte

Après les sites internet des organismes du secteur public, les applications mobiles doivent être accessibles aux personnes en situation de handicap. Grâce à une nouvelle directive européenne transposée dans la loi belge, toutes ces applications proposées par les communes, les SPF, les SPW, mais aussi par les organisations et entreprises publiques doivent être aussi utilisables par tous.

15% de la population belge, qui souffrent d’un handicap visuel, auditif, cognitif ou moteur, sont quasiment exclus en termes d’accessibilité numérique. Certes, il y a quelques petits déclics en Belgique mais on est encore bien loin du compte comme nous l’explique Rafal Naczyk, porte-parole de l’association Eqla : " En Belgique, on remarque qu’il y a certaines avancées. Certains secteurs du service public ont pris conscience de l’étendue du problème. Mais à l’heure actuelle, on estime qu’il y a 5 à 8% des sites internet et des applications mobiles qui sont réellement accessibles aux personnes porteuses de handicap. On est réellement à la traîne. Avec notre association Eqla, on travaille et on accompagne quelques services publics, notamment la Stib qui fait de vrais efforts d’inclusivité. Mais cela reste encore des exceptions. Le vrai paradoxe belge, c’est que la plupart des sites et des applications mobiles des services publics deviennent illégaux. Du fait qu’ils ne suivent pas cette directive européenne. "

La majorité des sites et des applications non conformes

Des sites internet et des applications mobiles hors la loi, pourtant les directives européennes doivent s’appliquer dès qu’elles sont entrées en vigueur. Selon l’association Eqla (ex-Œuvre nationale des aveugles), la Belgique ne sanctionne pas les organismes et entreprises publics qui ne respectent pas la loi. En France, en cas de non-respect de cette réglementation, une amende de 2000 euros peut être infligée à une collectivité de moins de 5000 habitants, et monter jusqu’à 25.000 euros pour certaines entreprises privées.

Les services publics peuvent jouer un rôle de modèle dans la promotion de l’accessibilité numérique pour tous. Cette directive vient les rappeler à leurs devoirs, car environ 25% de Belges se retrouvent en situation de handicap sur le web. Qu’elles soient aveugles, malvoyantes, en situation de handicap auditif, physique, moteur, cognitif ou mental, les personnes à besoins spécifiques ne sont pas des citoyens à part, mais bien des citoyens à part entière ", explique Rafal Naczyk, porte-parole d’Eqla.

En collaboration avec l’asbl Passe-Muraille, Eqla a passé à l’épreuve du test une série de sites web publics : de la recherche des horaires d’ouverture d’un service communal à l’agenda électronique de la Ville de Bruxelles, en passant par le formulaire d’inscription sur le site du TEC, tous présentent des failles d’accessibilité qui rendent la navigation et, surtout, les démarches administratives " les plus simples " extrêmement compliquées, voire impossibles.

Dans cette vidéo de sensibilisation réalisée en 2020, les deux associations dévoilent 5 pièges récurrents auxquels sont confrontés les internautes porteurs de handicap. La vidéo présente le témoignage de Bruno, formateur en nouvelles technologies chez Eqla et déficient visuel, qui perd doucement pied dans un environnement numérique essentiellement visuel.

Loading...

Une technologie existante mais une formation insuffisante

La période de confinement a mis en exergue les difficultés rencontrées en ligne par les personnes porteuses de handicap. Alors que la technologie actuelle offre des solutions simples et peu coûteuses. Avec des fonctions comme la loupe d’agrandissement ou les commandes vocales, les smartphones sont devenus de vrais outils d’assistance au quotidien pour les personnes porteuses d’un handicap visuel, auditif, moteur ou encore cognitif. En théorie, les smartphones ont tous des options d’assistance pour les utilisateurs en situation de handicap, mais cela ne marche que si l’application ou le site est accessible.

Concrètement, rendre une application accessible, c’est :

  • Adapter le code ;
  • Assurer des contrastes couleur suffisants ;
  • Donner aux zones cliquables une taille suffisante ;
  • Permettre de zoomer pour faciliter la lecture ;
  • etc.

" Une application accessible est une application structurée et balisée, qui respecte les normes des Web Content Accessibility Guidelines (WCAG) – des référentiels définis par un groupe international d’experts. Le niveau zéro de l’accessibilité, à l’inverse, c’est une application dont les champs, les textes et les formulaires ne sont pas accessibles autrement que par la vue. L’information n’étant pas codée correctement, elle ne peut être exploitée par les logiciels de synthèse vocale qu’utilisent les non-voyants et certains malvoyants", explique Harielle Deheuy, chargée de projets nouvelles technologies chez Eqla.

L’association Eqla accompagne et sensibilise une série de services publics comme Actiris, le Forem ou la Stib. Elle forme aussi des non-voyants et des malvoyants au codage informatique à Bruxelles et en Wallonie.

Pour l’association, c’est la formation quasiment inexistante qui est la cause du retard de la Belgique en matière d’inclusivité numérique : " le vrai problème, c’est que les professionnels du web ne sont absolument pas formés ni sensibilisés aux questions d’inclusion et d’accessibilité numérique. Aujourd’hui, en Fédération Wallonie Bruxelles vous n’allez pratiquement pas retrouver le thème de l’accessibilité numérique dans les cours qui sont donnés aux développeurs, aux codeurs et aux webs designers. Ils ont juste des notions très superficielles et totalement galvaudées sur la question. Les professionnels du web n’ont pas ce réflexe. L’autre problème est que la plupart des services publics n’imposent même pas l’accessibilité numérique quand ils commandent la création d’une application ou d’un site web. De plus, quand il y a un client qui demande à des agences web d’inclure ces notions, l’agence se retrouve totalement dépourvue de possibilités parce qu’elle n’a pas cette expertise ", rajoute Rafal Naczyk, porte-parole de l’association.

En Flandre, en région bruxelloise, et en Wallonie, des personnalités politiques ont abordé le sujet tout en rappelant l’urgence de la situation. D’autant plus qu’une nouvelle directive européenne entrera en vigueur en 2025. Elle concernera davantage les produits et les services, et s’étendra aux acteurs du secteur privé.

Sur le même sujet

L’asbl Altéo lance une formation d’aidant numérique pour lutter contre l’isolement des personnes fragilisées

Regions

Handicap : le manque de places et de logements adaptés reste une réalité en Belgique

Belgique

Articles recommandés pour vous