RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Enlisement des négociations sur la revalorisation salariale des policiers : plusieurs actions prévues, dans les aéroports notamment

17 févr. 2022 à 15:37Temps de lecture2 min
Par Belga

Plusieurs actions vont être menées prochainement par la police pour protester contre l'enlisement des négociations sur une revalorisation salariale, a-t-il été décidé jeudi lors du bureau fédéral de la CGSP.

Ainsi, des actions syndicales spontanées de la police fédérale risquent de perturber les départs en vacances à l'aéroport de Bruxelles-National le vendredi 25 février, veille des congés de détente (Carnaval), avertit d'ores et déjà Eddy Quaino, permanent CGSP Police.

"En Wallonie, des actions vont aussi être planifiées, à l'image de grèves du zèle à l'aéroport de Charleroi ou aux frontières", ajoute-t-il. Le syndicat évoque également la possibilité de partir en grève le temps d'une journée.  

Faute d'accord sur l'amélioration des conditions salariales et de travail au sein de la police, le syndicat socialiste avait activé la semaine dernière son préavis de grève, qui est effectif depuis le 15 février et restera en vigueur jusque fin mai.  

Les syndicats policiers SNPS et SLFP sont eux parvenus à un accord avec la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden sur la revalorisation salariale des forces de police. La CGSP et la CSC, tous deux minoritaires au sein de la police, avaient en revanche rejeté cet accord.  

Deux objectifs

Par ces actions, la CGSP vise à atteindre deux objectifs. Premièrement, le syndicat socialiste demande à la ministre de l'Intérieur de déjà se mettre autour de la table afin de discuter de la deuxième phase de revalorisation salariale prévue début de l'année 2024. "Il s'agit de l'année des élections législatives et communales, ce qui rime avec prudence budgétaire", relève Eddy Quaino.

"On peut pas imaginer que ce sera une véritable phase de négociations salariales".  

Ensuite, la CGSP veut "atterrir" dans le dossier de revalorisation salariale du cadre administratif et logistique (CALog), qui se sent "complètement dévalorisé".    

L'accord, qualifié d'"historique", intervenu entre les syndicats policiers SNPS et SLFP et la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden, comprend une augmentation salariale structurelle de 5%, qui devrait être mise en oeuvre pour plus de 48.000 policiers à partir de janvier 2023.

"Cela se traduira par une augmentation linéaire de 1.000 euros brut par an non indexé", soit une augmentation oscillant entre 44 euros et 74 euros pour une grande partie du personnel opérationnel, avait chiffré la CGSP.

Sur le même sujet

23 févr. 2022 à 10:50
Temps de lecture1 min
17 févr. 2022 à 15:44
Temps de lecture1 min

Articles recommandés pour vous