Economie

Engager 250 saisonniers chez Ferrero à Arlon pour ne pas être chocolat !

Ferrero a choisi ce jour le plus long de l’année 2022, solstice d’été, pour tenir son " Jobday " dans un hôtel pas loin de son usine de production à Arlon. 80 candidats présélectionnés par le Forem y ont donc rencontré leur potentiel employeur pour un premier entretien d’embauche. Ferrero a d’ailleurs besoin de ces 250 personnes pour la production en prévision des ventes de fin d’année et relancer l’activité du site.

Un recrutement dans un contexte compliqué

Cette opération de recrutement pour le site industriel de Ferrero à Arlon se fait dans un contexte difficile. Et ceci pour plusieurs raisons ! En effet -d’une part- le secteur industriel dans son ensemble est déjà confronté actuellement à une pénurie de personnel (de nombreux emplois ne trouvent pas de candidats) , mais – d’autre part- l’usine Ferrero a surtout été fermée par l’asfca suite à une contamination à la salmonellose (donc une crise sanitaire majeure). L’usine peut maintenant redémarrer après nettoyage complet et a reçu un feu vert de l’afsca.

Enfin, et ce n’est pas un détail, dans les environs de l’usine à Arlon ; le taux d’emploi est déjà relativement élevé ; il y a donc là moins de demandeurs d’emploi qu’ailleurs.

Ferrero recrute des saisonniers

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Marketing du recrutement

Qui dit contexte difficile, dit opération de communication pour attirer les candidats ! D’ailleurs l’entreprise Ferrero y a mis les moyens. Il s’agit de son montrer attractif.

Le Forem et le secteur de l’industrie de l’alimentaire (une fédération dont Ferrero est membre) sont d’ailleurs partenaires dans l’opération de recrutement et Ferrero a multiplié les canaux de communication différents. Des affiches ont même été placardées chez les commerçants à Arlon pour faire la promotion de l’opération de recrutement. Bref un vrai marketing. Selon Véronique Gely, représentant le secteur alimentaire, l’affirme : " ce partenariat est même un cas d’école dans le cadre d’une crise qui a frappé l’un de nos membres "

L’enjeu ? Attirer les candidats à un emploi dans un contexte de concurrence important entre employeurs comme le confirme Thierry Ney, porte-parole du FOREM " En effet, il y a déjà globalement une reprise d’activités et une pénurie de personnel ! Rien que sur le site du Forem il y a 80.000 offres d’embauche, ce qui est du jamais vu. Dans ce contexte, les entreprises se font concurrence pour attirer des talents et Ferrero, comme d’autres, doit donc se battre pour convaincre et attirer les nouveaux talents qui vont devenir les futurs collègues "

Pour cette opération, le Forem a contacté des candidats, sélectionné les profils et effectué une première sélection " et je dois vous dire que nous venons de faire 4 jobday dans la province du Luxembourg et c’est Ferrero qui rencontre le plus de succès " continue le porte-parole du Forem.

La raison ? Ferrero est une entreprise bien implantée, à vocation mondiale et forte notoriété.

 

La crise de la salmonellose : un souci de recrutement ?

© Tous droits réservés

Les 3 Représentants des ressources humaines de Ferrero sur place, refuseront de nous accorder une interview. " ce n’est pas leur rôle " nous dit au téléphone la porte-parole de la marque " d’ailleurs nous n’avions pas prévu de communiquer à ce sujet, nous avions annoncé que nous allions engager des saisonniers malgré la crise et nous le faisons "

Mais, Véronique Gely (secteur de l’industrie alimentaire, qui a assisté aux entretiens d’embauche, nous confie : " je n’ai eu aucune question sur ce qui s’est passé, sur la crise sanitaire. Personne n’a dit qu’il ne voulait pas rentrer dans une entreprise suite à ça. Non, Les gens font confiance à ce qui a été fait en collaboration avec l’Afsca, avec le secteur alimentaire. " D’autant plus que l’usine est encore à l’arrêt… " Ce qui intéresse les candidats, ce qu’on perçoit via leurs questions, c’est le futur Leur futur chez Ferrero "

Nous avons donc demandé à cette représentante du secteur si elle savait quand l’usine allait redémarrer. " C’est difficile à dire, il n’y a pas de date précise, et on espère autour du 15 juillet pouvoir rouvrir les lignes de production " C’est qu’on ne remet pas une si grande usine (900 équivalents temps pleins) en route après une fermeture si facilement : des tests sont en cours et doivent encore se faire et comme dit notre interlocutrice " tout ça doit être validé, d’autant que les nouveaux collaborateurs sont nécessaires à la remise en route et doivent encore être formés "

 

La formation et l’évolution de carrière intéressent les candidats

La formation et l’évolution de carrière sont ce qui intéresse des candidats que nous avons rencontrés, comme Julien Denis : " Je suis venu ici parce que le plan de carrière est quand même vaste, il y a beaucoup de métiers auxquels on peut se former par la suite, donc autant commencer et se lancer dans l’aventure " Ghulam Rahman, un afghan qui a fui les talibans en se réfugiant en Belgique en 2015, ajoute enthousiaste " c’est une entreprise mondiale, et je veux pouvoir y grandir "

Guillaume M’Bondé s’était déjà renseigné sur les grilles de salaires " 1700 ou 1800 euros sans doute " mais ce qui l’intéresse ? " c’est une entreprise bien implantée en Europe, pérenne, c’est sécurisant en termes d’emploi durable" Et pour lui aussi les possibilités d’évoluer et grandir au sein de l’entreprise le motivent, comme la proximité " je suis à 5 minutes. La proximité c’est important aussi, pour ne pas faire 1 heure de toute avant ou après le travail "…

Mais 80 candidats sur 250 ce n’est pas encore assez et Ferrero a besoin de personnel !

Quand il y a en a trop peu, les risques sanitaires augmentent dans l’industrie alimentaire. Et puis, sans effectif suffisant, la production pourrait être réduite, donc ses objectifs commerciaux, et c’est la marque qui serait chocolat !

Sur le même sujet

Salmonelle dans les produits Kinder : l’usine Ferrero d’Arlon reçoit sa licence de production définitive

Regions Luxembourg

Articles recommandés pour vous