Energie

Energie et guerre en Ukraine : Gazprom annonce l’arrêt "complet" de Nord Stream 1, de "faux prétextes" pour l’Europe

Image d’illustration

© getty

02 sept. 2022 à 17:07 - mise à jour 02 sept. 2022 à 20:10Temps de lecture2 min
Par Belga, édité par Kevin Dero

Le géant russe Gazprom a annoncé vendredi que le gazoduc Nord Stream, vital pour les livraisons en Europe, sera "complètement" à l’arrêt jusqu’à la réparation d’une turbine, alors qu’il devait reprendre du service samedi après une opération de maintenance.

 

 

"Fuites d’huile"

Dans un communiqué, Gazprom a indiqué avoir découvert des "fuites d’huile" dans la turbine lors de cette opération de maintenance. "Jusqu’à la réparation […] le transport du gaz via Nord Stream est complètement suspendu", a indiqué le groupe.

Nord Stream 1 arrêté sous de "faux prétextes", selon la Commission

La Commission européenne estime que le géant russe Gazprom bloque l’approvisionnement en gaz via le gazoduc Nord Stream 1 sous de "faux prétextes", a affirmé sur Twitter un porte-parole de la Commission.

Un signe du cynisme de la Russie, qui préfère brûler du gaz plutôt qu’honorer ses contrats

"L’annonce de Gazprom vendredi après-midi qu’elle met à nouveau à l’arrêt Nord Stream 1 sous de faux prétextes est une nouvelle confirmation qu’elle n’est pas digne de confiance en tant que fournisseur", a tweeté le porte-parole Eric Mamer. "C’est aussi un signe du cynisme de la Russie, qui préfère brûler du gaz plutôt qu’honorer ses contrats."

Nord Stream 1 devait être remis en service samedi après plusieurs jours de maintenance, mais Gazprom a annoncé vendredi soir qu’une fuite d’huile avait été découverte à la station de compression de Portovaja. Le pipeline restera fermé jusqu’à réparation.

La ministre de l’énergie, Tinne Van der Straeten, arrive à une réunion du codeco, mercredi 31 août 2022 à Bruxelles.
La ministre de l’énergie, Tinne Van der Straeten, arrive à une réunion du codeco, mercredi 31 août 2022 à Bruxelles. © Tous droits réservés

Pas d’impact pour la Belgique, selon la ministre de l’Energie

L’échec du redémarrage du gazoduc Nord Stream 1 – le principal gazoduc d’approvisionnement en gaz russe pour l’Europe – n’aura pas d’impact sur l’approvisionnement de la Belgique, assure-t-on au cabinet de la ministre de l’Énergie Tinne Van der Straeten (Groen).

La Belgique continue à faire transiter un maximum de gaz vers l’Allemagne et les Pays-Bas en particulier

Le groupe russe Gazprom a annoncé vendredi soir que Nord Stream 1 ne redémarrera pas samedi après la fin des travaux de maintenance. Selon l’entreprise, une fuite d’huile a été découverte.

La situation est suivie de près, a indiqué le cabinet de la ministre Van der Straeten. Il n’y a pas d’impact sur l’approvisionnement belge en gaz. "Le stock de gaz à Loenhout sera constitué à 90% d’ici quelques jours, en avance sur le calendrier. La Belgique continue à faire transiter un maximum de gaz vers l’Allemagne et les Pays-Bas en particulier".

La ministre de l’Energie était l’invitée de "Jeudi en Prime" hier :

Fluxys rassure

Chez Fluxys également, on affirme qu’il n’y a pas d’impact direct. La Belgique n’a plus importé de gaz naturel depuis l’Allemagne depuis des mois. La Norvège est notre principal fournisseur de gaz naturel. Un gazoduc sous-marin – Zeepipe – relie Zeebruges aux champs gaziers norvégiens. La Belgique importe également du GNL via les ports de Zeebruges et Dunkerque.

Les négociants en gaz s’attendent à ce que l’arrêt prolongé de Nord Stream I entraîne une nouvelle hausse des prix lundi, sans toutefois atteindre de nouveaux records.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous