En Wallonie, les sacs plastiques n'ont pas (encore) disparu

En Wallonie, les sacs plastiques n'ont pas (encore) disparu

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

13 juin 2017 à 09:09 - mise à jour 13 juin 2017 à 09:09Temps de lecture3 min
Par Olivier Corroenne

Les sacs plastiques de caisse à usage unique sont interdits en Wallonie depuis décembre de l'année dernière. Malgré une prise de conscience des consommateurs, les sacs plastiques continuent à courir les rues. Mais pourquoi en voit-on encore autant alors que c'est interdit?

En se promenant sur un marché, nous en avons encore vu un peu partout ... Chez le maraîcher, chez le fromager, mais tous les commerçants ne l'utilisent pas. C'est le cas du poissonnier qui s'étonne d'ailleurs de notre demande : " On n'a pas le droit, c'est la loi. Vous ne connaissez pas la loi, monsieur? On n'a pas le droit! ".

Et pourtant, sur ce marché, presque tout le monde en utilise : alors, on peut ou on ne peut pas? Réponse du maraîcher : " Pour les maraîchers, il y en a encore pour un an. Tout ce qui est vendeur ambulant, on peut encore pendant un an ".

Nous aurons un peu plus de précision auprès du fromager : " Moi, il faut quand même que je vide mon stock de sacs plastiques. Tant que mon stock n'est pas vidé, je ne sais rien faire d'autre. Je ne vais pas jeter des milliers d'euros pour faire plaisir à monsieur Di Antonio ".

C'est exact : les stocks de sacs plastiques peuvent encore être écoulés jusqu'au mois de décembre, si les sacs ont été achetés avant le 1 décembre 2016, date de l'entrée en vigueur du décret. Il faut pouvoir le prouver par une facture. C'est une période de tolérance proposée par le ministre wallon de l'environnement Carlo Di Antonio.

Mais les commerçants sont-ils bien informés? En tout cas selon un traiteur que nous avons rencontré, tant qu'il y aura des sacs plastiques, on pourra les utiliser : " Moi, si je sais encore en avoir chez mon fournisseur, c'est qu'on peut encore les distribuer ". Eh bien non! Même si les fournisseurs de sacs plastiques peuvent toujours en vendre parce que la vente relève de la compétence fédérale, cela ne signifie pas que le décret wallon n'est pas applicable. 

Mais le décret est critiqué, il serait flou. André Storme, responsable de la Papeterie de Namur estime qu'il n'est pas clair : " Il n'y a pas la définition précise d'un sac à usage unique de fin de caisse, il n'y pas de définition précise dans le décret. Le sac que je vends, pour moi il n'est pas unique, il est réutilisable ". Au cabinet du ministre Di Antonio, on reconnaît que cette définition n'est pas dans le décret mais on précise aussi que toutes les définitions du type de sac plastique léger (moins de 50 microns) concernées par l'interdiction sont dans le décret du 23 juin 2016 et donc que cela ne devrait pas poser problème.

Et dans les grands magasins?

Dans les grands magasins, les sacs en plastique à usage unique ont disparu à la caisse. Pourtant, il reste ceux qui servent à emballer les fruits et légumes. Tout devait déjà disparaître pour mars dernier mais une dérogation court jusqu'en 2020. On peut donc encore les utiliser.

Il y a aussi tous ceux qui font des efforts. Nous avons rencontré un frituriste qui propose toujours un sac plastique mais réutilisable et recyclable.

Olivier Lallemand précise que ça lui coûte huit fois plus cher qu'avant et que ce n'est pas souvent réutilisé : " S'ils étaient vraiment réutilisés, ce serait bien. Je le dis régulièrement à mes clients mais ils reviennent très rarement avec le sachet. Je pense qu'ils le jettent. Donc à vouloir bien faire, je pense qu'on fait plus mal pour l'instant ".

La sensibilisation à la préservation de l'environnement porte aussi ses fruits ici, dans cette entreprise de titres-service : finies les housses de protection en plastique. Chez TS-Wallonie, on demande aux clients de venir avec des housses réutilisables. C'est bon pour l'environnement mais ça permet des économies aussi : quatre gros rouleaux de plastique en moins par mois, c'est un argument économique? " Pas vraiment, répond Marianne Casals, responsable TS-Wallonie, l'argument est environnemental parce qu'on a aucune obligation d'interdire les housses plastiques à usage unique dans notre commerce ".

En fait il n'y pas grand monde qui est obligé à quoi que ce soit pour l'instant. Les commerçants peuvent encore écouler leurs stocks sous certaines conditions, nous sommes en période de tolérance il n'y pas de contrôle prévu et pas trop de risque d'amendes pour l'instant.

Encore un arrêté

Un arrêté du gouvernement wallon doit encore compléter le décret. Il n'est pas encore paru au Moniteur.

Seront précisées, dans cet arrêté, la période de tolérance ainsi que les différentes mesures comme la dérogation pour les "sacs fruits légumes" pour les grandes surfaces permis jusque mars 2020 ainsi que l'écoulement des stocks de sacs jusqu'au 1er décembre de cette année, si les sacs ont été achetés avant le 1er décembre 2016, date de l'entrée en vigueur du décret, facture à l'appui. En cas de manquement, il pourrait déjà y avoir une amende si l'on ne respecte pas cette mesure.

En Wallonie, les sacs plastiques n'ont pas (encore) disparu

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous