"En trois minutes, les torrents de boue sont arrivés": une vidéo montre la vitesse à laquelle l'eau a déferlé sur Dinant

Loading...
25 juil. 2021 à 10:15 - mise à jour 25 juil. 2021 à 11:56Temps de lecture2 min
Par Marie-Laure Mathot

"En trois minutes, les torrents de boue sont arrivés… Je vous laisse trouver les mots pour la suite car je n’en ai pas !"

Denis Adam habite la rue de Philippeville, celle qui rejoint le village de Onhaye sur les hauteurs de la vallée de la Meuse à la ville de Dinant. "La pluie tombait fort et cet égout qui refoulait a attiré mon attention, mais on ne se doutait pas de ce qui allait se passer par la suite…"

Ses images le montrent très bien. Alors qu’au début de la vidéo, on voit encore le bitume qui recouvre la chaussée, en quelques secondes, c’est une vague brune qui vient le recouvrir.

Loading...

Une voiture noire tente de remonter la côte mais se fait avoir par la vague. Elle finit par dévaler la pente elle aussi, hors de contrôle.

Plus les minutes passent et plus la vague se fait forte pour finir par se transformer en un véritable torrent qui emporte les voitures.

Après deux heures de ruissellement, les dégâts sont visibles : les voitures s’amoncellent tels des Legos tout en bas de la chaussée sur les rails qui relient la gare de Dinant à celle d’Anseremme. Certaines d’entre elles ressemblent à celles qui étaient tout près de l’habitation de Denis Adam. Les trottoirs sont détruits. La voirie soulevée.

Un ruissellement et non un débordement

Ces images montrent que l’eau ruisselle du haut de la vallée et ne vient pas d’un débordement d’un cours d’eau comme ce fut le cas lors des inondations des 14 et 15 juillet. Lors de ce premier épisode, nos équipes de l’émission Quel temps ! ont interviewé Arnaud Dewez, membre de la cellule Giser (Gestion intégrée du sol, érosion et ruissellement) du service public de Wallonie.

Il expliquait alors la différence entre deux types d’inondations. D’une part, il y a celles dues à des débordements. Les pluies sont abondantes sur une longue période de temps. Elle fait déborder les cours d’eau qui sortent de leur lit. "Forcément, ça sature de manière progressive tout le réseau d’évacuation naturel et artificiel." C’est ce qu’il s’est passé les 14 et 15 juillet derniers.

Ces images satellites montrent la Meuse entre Liège et Maastricht le 14 juillet 2021.
Ces images satellites montrent la Meuse entre Liège et Maastricht le 14 juillet 2021. Copernicus

D’autre part, il y a les inondations dues à des ruissellements dus aux gros orages sur un court laps de temps. "On a alors de l’eau qui coule là où habituellement, elle ne coule pas." C’est ce qu’il s’est passé ce 24 juillet rue de Philippeville à Dinant. 

rtbf

Cellule Giser SPW : ce n est pas un manque de prévention

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Extrait du JT de ce 25 juillet

Dinant : des dégâts particulièrement importants

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Le macadam qui laisse place aux pavés, voitures emportées : les inondations à Dinant en photos avant/après

Ces Wallons inondés deux fois en quelques jours : "On en a sa claque", "blasés", ils n’osent pas tout nettoyer de peur des pluies de cet après-midi

Articles recommandés pour vous