En Région bruxelloise, la difficile prise en charge des personnes souffrant d'autisme

En Région bruxelloise, la difficile prise en charge des personnes souffrant d'autisme
21 janv. 2019 à 10:35 - mise à jour 21 janv. 2019 à 10:35Temps de lecture1 min
Par RTBF

La prise en charge des personnes souffrant d'autisme reste un problème à Bruxelles. Même si des efforts ont été réalisés ces dernières années, plusieurs centaines de places de jour et de nuit ont été créées. Mais ça reste largement insuffisant pour répondre aux besoins. On estime en effet que 12.000 personnes sont concernées par ce handicap à Bruxelles.

1h30 aller, 1h30 retour

En conséquence, les familles rencontrent toujours des difficultés pour trouver des solutions d'accueil. C'est le cas de Sarah Moon Howe, maman d'un garçon de 13 ans porteur de plusieurs handicaps. Elle témoigne de la difficulté à trouver une structure appropriée: "Notre quotidien, c'est d'abord de trouver une école qui lui conviendrait, c'est très difficile. En Région bruxelloise, il y a un manque crucial de les places dans les écoles spécialisées. Quand vous trouvez une école, elle est souvent loin de votre domicile. Il va devoir faire de longs trajets dans les bus de la Cocof, souvent 1h30 aller, 1h30 retour."

La prise en charge des adultes s'avère tout aussi compliquée. Farah Ayari est directrice d'un centre qui accueille 15 adultes autistes. Selon elle, l'encadrement aussi professionnel soit-il, n'y est toujours pas optimal, faute de personnel. "Le matin, on a une infirmière pour s'occuper de 15 bénéficiaires, qu'elle doit lever, doucher, habiller... et tout ça en deux heures de temps", explique-t-elle. Et en plus, "aujourd'hui, nous avons une liste d'attente de 40 personnes."

Des services d'accompagnement existent pour aider les familles à la recherche de réponses adéquates. Et là aussi, le constat est identique. "Le problème, c'est qu'il n'y a de place pour tout le monde", déplore Cinzia Agoni, présidente d'inforautisme. "Ce qu'il faut faire absolument, c'est intervenir quand ils sont petits pour éviter le surhandicap éducatif."

Il y a 5 ans, Bruxelles s'est doté d'un texte ambitieux pour rendre la vie des personnes handicapées la plus normale possible. Mais faute de budgets suffisants, les arrêtés pour en faire appliquer les volets majeurs n'ont toujours pas été adoptés.

Articles recommandés pour vous