Athlétisme

En or aux JO 2016 sur 1.500m, Kipyegon s'attaque au record du monde sur 1.000m à Bruxelles

En or aux JO 2016 sur 1.500m, Kipyegon s'attaque au record du monde sur 1.000m à Bruxelles

© JAMES ARTHUR GEKIERE - BELGA

02 sept. 2020 à 18:24 - mise à jour 02 sept. 2020 à 18:24Temps de lecture2 min
Par Belga News

Faith Kipyegon, 26 ans, kényanne, championne olympique sur 1.500 à Rio en 2016, championne du monde aussi à Londres un an plus tard sur la même distance, va s’attaquer au record du monde du 1.000m, vendredi à Bruxelles lors de la 44e édition du Memorial Van Damme.

Faith Kipyegon s’est dit en bonne condition mercredi à Bruxelles et en forme après avoir tenté une première fois le coup à Monaco le 14 août et repartie ensuite s’entraîner au Kenya. La voilà de retour en Europe. "Je suis très reconnaissante à Bruxelles de m’accueillir et de m’offrir une chance encore de battre ce record. Et je sais qu’il y aura la Wavelight et cela peut m’aider beaucoup. Il n’y en avait pas à Monaco".

Devant des gradins vides aussi sur le Rocher, Kipyegon réussit en effet un chrono de 2 : 29.15, le 2e de l’histoire, qu’elle espère améliorer vendredi pour faire trembler le record du monde (2 : 28.98) de la double championne du monde, la Russe Svetlana Masterkova établi à Bruxelles, déjà, en 1996.

"La Wavelight est un dispositif technologique mis en place dans des meetings depuis deux ans et qui permet d’allumer des lumières le long de la piste dans le sens de la course à la vitesse d’un athlète ou pour marquer une course idéale sur base d’un record", a expliqué l’un de ses coaches, le Néerlandais Bram Som mercredi aussi à Bruxelles. "A l’origine, c’était pour aider le public à comprendre mieux une course. Mais cela aide aussi beaucoup les athlètes".

"Cela ne remplace pas les lièvres, parce que rien de tel qu’une présence physique comme motivation", a ajouté Cédric Van Branteghem, le maître d’œuvre du Van Damme qui promet aussi le bruit dans la foule dans les haut-parleurs et un DJ pour rythmer les courses dans un stade sans public vendredi. "La technologie peut être d’une grande aide aussi, il n’y avait pas tout cela à Monaco."

"Cela aide, c’est vrai", confirme Faith Kipyegon, maman il y a deux ans, qui avait repris l’entraînement avec plaisir, dit-elle, elle qui fut déjà détentrice du record du monde juniors à 19 ans, en 2012. "J’étais très impatiente de reprendre, j’ai beaucoup travaillé et je reviens à un très bon niveau. Mon objectif, c’est de pouvoir défendre mon titre olympique à Tokyo l’an prochain sur 1.500m, et dans l’immédiat de battre ce record du 1.000m vendredi."

Articles recommandés pour vous