RTBFPasser au contenu
Rechercher

Exposition - Accueil

ELS DIETVORST remporte le Belgian Art Prize 2021

Honey Zinzs tient une bougie d’arbre en cire d’abeille, conçue par Els Dietvorst pour un rituel collectif.

Le jury du Belgian Art prize 2021 a choisi une artiste qui travaille dans la marge depuis 20 ans. Els Dietvorst conçoit l’art comme un espace de rencontre, de rituel et de création collective. Avec pour maitre-mots : la nature, les autres, la réconciliation.

L’exposition This is what you came for est une double exposition proposée par Els Dietvorst et le collectif The BARRA Mouvement, dans deux institutions bruxelloises : à Bozar et à la CENTRALE for contemporary art.

The Barra Mouvement ft. Els Dietvorst, This is what you came for à La CENTRALE – 2022
The Barra Mouvement ft. Els Dietvorst, This is what you came for, 2022

Els Dietvorst est sculptrice, peintre, photographe, vidéaste, écrivaine. Artiste belge installée en Irlande depuis 10 ans où elle est fermière, un aspect de son œuvre témoigne d’un lien de parenté plutôt que de domination avec la nature, le vivant. Cela se traduit par des sculptures en bois flottés ramassés sur la côtes d’Irlande, d‘installation de pierres et de galets, de branches et de cire, de traces et d’empreintes. Cet aspect de sa pratique est présenté à Bozar. A la CENTRALE, place au collectif. La création est un moyen pour tisser des liens, expérimenter, s’enrichir l’un l’autre. Le processus – la vie – prime sur l’objet d’art. Dans l’esprit de Joseph Beuys, Els Dietvorst défend une créativité libératrice présente en chacun.e de nous.

Els Dietvorst, détail de l’installation Coastal Shrine, 2015-2022
Els Dietvorst, détail de l’installation Coastal Shrine, 2015-2022 © Xavier Ess Rtbf

Rituel

Le soir du vernissage, à la manière du Meyboom bruxellois, Els Dietvorst et le collectif BARRA ont amené un tronc d’arbre couvert de cire d’abeille de la CENTRALE à Bozar où il a été enflammé. Un rituel de communion avec la nature qui résonne parfaitement avec l’impression première des œuvres à Bozar. Chaque sculpture, chaque installation est la matérialisation du cheminement créatif choisi par l’artiste parmi les nombreuses bifurcations possibles de l’inspiration proposées par les matériaux eux-mêmes. Ici il s’est passé quelque chose et on nous le donne à voir.

Même sans être réceptif au thème d’un nature magique, réconciliatrice, on ne peut qu’être touché par la sincérité, l’engagement d’Els Dietvorst qui après 20 ans de pratique dans la marge, rejoint une thématique de plus en plus présente dans l’art aujourd’hui. La connexion avec l'exposition à la CENTRALE, s’établit par le biais d’une vidéo dans laquelle l’artiste accompagne dans ses promenades un " philosophe-errant " du nom de ACM (Amour-Cœur-Merci). Un sans-abri camerounais installé dans une cabane de fortune le long du canal Bruxelles-Charleroi qu’Els Dietvorst a suivi durant plusieurs années, donnant une place à ces invisibles (elle a aussi traité du thème des migrants disparus en Méditerranée).

Durant plusieurs années, Els Dietvorst a accompagné ACM, sans abri "philosophe-errant" dans ses promenades
Durant plusieurs années, Els Dietvorst a accompagné ACM, sans abri "philosophe-errant" dans ses promenades © Xavier Ess Rtbf
The Barra Mouvement ft. Els Dietvorst, Fortune City (détail) – 2022
The Barra Mouvement ft. Els Dietvorst, Fortune City (détail) – 2022 © Philippe de Gobert

Immersion

Dans le premier espace de la CENTRALE nous sommes confrontés à un improbable paquebot fait de matériaux de récupération, objets abandonnés dans les rues de Bruxelles. Fortune City, ville reconstruite à partir de ces déchets, est le résultat du moment de création collective de The BARRA Mouvement emmené par Els Dietvorst. Un groupe mouvant d’artistes, de collaborateurs, d’anciens étudiants et étudiantes de l’Académie des Beaux-arts d’Anvers. D’ailleurs This is what you came for est une exposition de The BARRA Mouvement (ft. Els Dietvorst) : avec la participation d’Els Dietvorst. Ici aussi la rencontre, le process sont les points pivots.

The Barra Mouvement ft. Els Dietvorst, This is what you came for à La CENTRALE – 2022
Els Dietvorst, détail de l' installation Costal Shrine, 2015-2022
The Barra Mouvement ft. Els Dietvorst, This is what you came for à La CENTRALE – 2022
Els Dietvorst

L’immersion est renforcée par des projections sur de grands tissus, des bulles de plastique, des sculptures mouvantes, une mouette ( ?) empaillée… on a bien besoin des deux alcôves, Silent room où l’on peut reprendre ses esprits, remettre le compteur visuel à zéro. Les deux autres espaces sont consacrés à des interventions autour/avec le travail de l’artiste bruxellois récemment disparu Philippe Vandenberg, lui aussi humaniste, mais radical. Et enfin les vidéos d’un travail mené avec les habitants du quartier populaire Anneessens à Bruxelles.

The Barra Mouvement ft. Els Dietvorst, Silent room, 2022
The Barra Mouvement ft. Els Dietvorst, Silent room, 2022 © Philippe de Gobert

Si nul n’est prophète en son pays, Els Dietvorst se déclare XXX par cette reconnaissance que constitue le Belgian Art Prize dont le jury salue " la cohérence entre sa vie et son œuvre [qui] dessine les possibilités d’autres manières de voir et de vivre. "

This is what you came for – THE BARRA MOUVEMENT (ft. Els Dietvorst)

Bozar 28.04 – 21.07.2022 - La CENTRALE () 28.04 – 18.09.2022   

Els Dietvorst, This is what you came for, 2022
The Barra Mouvement ft. Els Dietvorst, This is what you came for à La CENTRALE (détail), 2022
Els Dietvorst, Shrine
Els Dietvorst, Shrine © Els Dietvorst

Sur le même sujet

Les brillantes Peintures Intérieures de Djos Janssens à la Belgian Gallery

Exposition - Accueil

"Comme si" : la plasticienne Annette Messager expose son œuvre au LaM

Exposition - Accueil

Articles recommandés pour vous