RTBFPasser au contenu

Hainaut Matin

Ellezelles : la couture sort du musée pour faire face au covid 19

Ellezelles : la couture sort du musée pour faire face au covid 19

Alors que des petites mains confectionnent des masques et blouses de protection pour faire face à l’épidémie de coronavirus, l’occasion nous est offerte d’évoquer un charmant petit musée d’Ellezelles, dans le Pays des Collines. Le Musée de la Couture qui évoque la dextérité du savoir manipuler le fil et l’aiguille, un retour dans le temps, une page d’histoire singulière contée par le musée " Du fil à l’Ouvrage " de son vrai nom.

Ciseaux, fils, aiguilles, épingles, boutons, pelotes, bobines de fil, patrons, dés, boîtes de rangement d’époque, mètres, travaux en cours de réalisation,… Impossible d’avancer un nombre d’objets présentés, les propriétaires n’ayant pas encore eu le courage de les recenser un à un tant ils sont nombreux.

Ellezelles : la couture sort du musée pour faire face au covid 19
Ellezelles : la couture sort du musée pour faire face au covid 19 © Tous droits réservés

Il  y a bien évidemment aussi de vieilles machines à coudre, que ce soit des grandes machines sur table avec un pied et des machines portables anciennes de voyage. On y voit aussi des machines à coudre d’enfant qui rivalisaient d’ingéniosité et de savoir-faire avec les engins des coutières. " Les fabricants comme Singer disaient d’ailleurs que ce n’était pas des jouets. Elles sont de vraies machines à coudre que les petites filles utilisaient pour apprendre à coudre en même temps que leur maman " nous explique Marie-Catherine Leleux la propriétaire du musée.

Pourquoi avoir pensé à un musée de la couture ?

Tout part d’une passion pour les brocantes et l’exploration de souvenirs dans les greniers des grands-parents paternels et maternels.

A partir de là, on a retrouvé des petites choses qui étaient dans la même lignée, avec les machines à coudre, les dés, les cousettes " explique Marie-Catherine.

Une cousette est un petit meuble dans lequel la dame rangeait ses objets de couture que ce soient les dés, les aiguilles, les crochets avec peut-être un livre dans lequel elle se plongeait pour trouver les modèles qui l’intéressaient, des petites cartonnettes de fil, cartonnettes très décorées parfois avec de jolies images, tout ce qui concerne l’univers de la couturière, …la dame amatrice de fil et d’objets à fabriquer.

20 m2 dans lesquels des milliers de souvenirs sont précieusement gardés.

Le musée exigu est contigu à la maison des propriétaires. " C’est une maison qui tient à la nôtre mais qui n’était pas habitable. On y a aménagé le dessous pour y installer le musée dans 20 m2. Nous acceptons 15 personnes par visite guidée ". 

Ellezelles : la couture sort du musée pour faire face au covid 19
Ellezelles : la couture sort du musée pour faire face au covid 19 © Tous droits réservés

Si dans votre grenier, il traîne l’un ou l’autre objet de couture dont vous ne vous servez pas et qui attire plus de poussières qu’ils ne génèrent de beaux souvenirs, ne les jetez pas. Pourquoi ne pas les offrir à Marie-Catherine qui grâce à votre don, complétera sa collection ? " On les accepte pour autant qu’ils ne soient pas trop volumineux ". Les propriétaires n’ont pas encore envisagé d’agrandir le musée. Qui sait plus tard, avec l’aide de subsides ou l’un ou l’autre don ?

Le musée est évidemment fermé pour le moment. Une visite à programmer une fois que le confinement sera levé : découverte du musée, d’Ellezelles et ses sorcières, ses paysages vallonnés, ses produits locaux, ses cafés et restos du coin. Balade aussi dans le joli parc Naturel du Pays des Collines entre Ath et Tournai.

Pour y aller : le musée est situé près de la place d’Ellezelles, rue Jean Vinois, 15. 0498/ 61 08 94 ou mariecatherineleleux@hotmail.com pour les infos et les futures réservations de visites. 2,50 € par personne.

 

Même si un Américain, un Allemand, un Anglais et un Autrichien en sont les pionniers, parce qu’il en avait déposé le brevet en 1830, la première machine à coudre pratique est attribuée à un tailleur français originaire de Saint-Etienne, Barthélemy Thimonnier. O parle à l’époque d’une " mécanique à coudre " ou d’un " métier à coudre ".

Articles recommandés pour vous