RTBFPasser au contenu

La Chronique de Bourdon

"Elle est plus de première main, la Mylène ! "

"Elle est plus de première main, la Mylène ! "
31 août 2015 à 10:00 - mise à jour 31 août 2015 à 10:005 min
Par Christophe Bourdon

La nouvelle a été révélée par les journaux du groupe Sud Presse : l'échevin ixellois de la culture Yves de Jonghe d'Ardoye jouera dans " Camping 3 ". Nous avons pu rencontrer l'élu MR en exclusivité dans sa caravane.

Il fait 27 degrés en ce vendredi midi. Nous sommes à Arcachon. C'est là que Yves de Jonghe d'Ardoye passe quelques jours de vacances, avant de revenir à ses fonctions d'échevin de la culture de la commune d'Ixelles. Un repos bien mérité pour cet homme politique truculent et raffiné, qui vient de faire ses premiers pas au cinéma devant la caméra de Fabien Onteniente, l'inoubliable réalisateur des plus grandes comédies françaises de ces 20 dernières années : " Jet Set ", " Camping ", " People ", " Disco ", " Camping 2 ", " Turf "... Yves de Jonghe d'Ardoye a accepté de nous recevoir en short, tongs, marcel et bob Ricard dans sa caravane, autour d'un bon pastis. Il revient avec nous sur ce tournage pas comme les autres.

Yves de Jonghe d'Ardoye, vous...

(il me coupe) Pas de ça entre nous, mon grand ! Tu me tutoies ! Et tu m'appelles Zizi Coincoin. C'est le surnom que me donnent tous mes amis. (il éclate de rire)

Et pourquoi Zizi Coincoin ?

Viens dans un coincoin et tu sauras pourquoi pourquoi ! (il éclate de rire)

Zizi Coincoin, tu viens de jouer dans " Camping 3 ". Comment t'es-tu retrouvé dans cette aventure ?

Je suis un grand cinéphile, et un ami proche de Claude Lelouch, dont j'aime tous les films : " Les fous du stade ", " L'aile ou la cuisse ", " Les sous-doués ", " Les Ripoux "...

Euh... Non, ça, c'est pas Claude Lelouch. C'est Claude Zidi !

Zidi ? Zidi Coincoin ?

Non. Zidi Clauclaude.

Bref, on s'en fout ! Lors d'un week-end passé ensemble à parler de la vie, la mort, l'amour, les femmes et leurs nichons, Claude m'a présenté Fabien Onteniente. Nous nous sommes tout de suite bien entendus. Au moment de se quitter, j'ai lancé à Fabien, qui me remerciait pour ce chouette week-end : " Eh ! Fabien ! Tu ne trouves pas que " Week-end " serait un super titre de film ? " J'ai tout de suite vu son œil s'allumer...

Et ensuite ?

Le lendemain, il me recontactait pour me proposer de jouer dans " Camping 3 ". L'amoureux de grandes œuvres cinématographiques que je suis a tout de suite dit oui.

A ton avis, pourquoi t'a-t-il choisi ?

Je pense que c'est évident. Fabien Onteniente est un grand découvreur de talent et un formidable directeur d'acteurs. Quelqu'un qui a fait tourner Franck Dubosc à quatre reprises ne peut pas se tromper. Et je te rappelle que pour " Camping 2 ", il avait fait appel à Richard Anconina, qui est au cinéma français ce que Pitbull est à la musique moderne : un sommet.

Quel sera ton rôle dans " Camping 3 " ?

Je jouerai un Belge dont la tente est plantée en face de celle de Claude Brasseur et Mylène Demongeot, alias les Pic. Si tu te souviens, dans le premier " Camping ", les Pic étaient embêtés par un couple de Hollandais qui avaient pris leur emplacement. Eh bien, ici, il s'agit d'un couple de Belges. Désopilant, non ? Et surtout, quelle trouvaille de scénario ! (il éclate de rire)

Tu vas donc jouer le Belge de service...

Ah non ! Certes, mon personnage s'appelle Monsieur Van De Kerkhof. Certes, Fabien m'a demandé de forcer un peu sur l'accent bruxellois. Certes, je passe mon temps dans le film à manger des frites et des moules. Certes, je bois de la bière dans chaque plan. Certes, je finis toutes mes phrases par " Alleï, une fois ". Mais je te garantis qu'on ne tombe pas dans la caricature. Tous ceux qui connaissent le cinéma de Fabien savent qu'il est un adepte de l'humour fin et british. Ses modèles sont Peter Sellers et les Monty Pythons. Il suffit de voir " Turf " ou " Disco " pour en avoir la preuve.

C'est une nouvelle carrière qui s'ouvre à toi ?

Oh, je n'irais pas jusque là. C'est un petit rôle. Mais toute l'équipe était à mon écoute. Et j'ai bien fait rire Claude Brasseur, dont j'ai vu tous les films : " Jean de Florette ", " Le huitième jour ", " 36, quai des Orfèvres "... A la fin d'une prise, j'ai rajouté un bon mot de mon cru. Son personnage se plaint que le camping des Flots Bleus est de plus en plus pollué, et je lui ai répondu " Oui. C'est un Pic de pollution ! " (il éclate de rire) Tu as compris ? C'est parce que son nom de famille, c'est Pic ! Et qu'il parle de pollution ! Pic de pollution ! (Il manque de s'étouffer de rire, son visage vire au rouge)

Et Claude Brasseur, il a réagi comment ?

Il a adoré ma blague. Il s'est tourné vers Fabien en disant " C'est qui ce rigolo ? " Il a tout de suite cerné mes dons de comédien.

Justement. Tu n'es pas comédien. Comment as-tu fait pour aborder ton personnage ?

C'est simple. J'ai pris comme modèle Charles Michel. Un mec qui arrive à te dire droit dans les yeux " Je ne ferai jamais alliance avec la N-VA " ou " Nous ne toucherons pas à l'index ", on est au niveau d'un Raimu ou d'un Gabin, là.

Revenons à tes partenaires dans le film.

J'ai déjà évoqué Claude Brasseur, qui est devenu mon ami. Chaque fois que je le croisais dans le camping, je lui lançais " Eh ! Brasseur ! On se boit une petite bière ? " (il éclate de rire) En retour, Claude faisait semblant d'être de plus en plus agacé. Lors de la fin du tournage, je me suis approché de lui et je lui ai dit " Alors, Brasseur ! On se la boit enfin, cette petite bière ? " (il éclate de rire) Claude s'est jeté sur moi et a commencé à me rouer de coups. On a ri ! Mais ri ! Je savais évidemment qu'il faisait ça pour déconner, mais j'ai quand même eu quelques bleus. Quel grand acteur, hein !

Tu as aussi déclaré dans Sud Presse, je te cite : " J'avoue que je fantasmais un peu sur Mathilde Seigner, qui est une femme sexy, pulpeuse. Mais malheureusement elle a décliné, et elle est remplacée par Michèle Laroque, une femme également exceptionnelle. "

Oui, je me réjouissais de tourner avec Mathilde Seigner. Fabien m'a expliqué qu'elle a refusé de jouer dans " Camping 3 " car elle a fait un truc qu'elle n'avait jamais fait sur les deux premiers : elle a lu le scénario. Je ne comprends pas trop pourquoi, d'ailleurs. Enfin bon, à la place, j'ai pu voir Michèle Laroque, qui sera à " Camping 3 " ce que Muriel Robin a été aux " Visiteurs 2 ".

Mais tu ne trouves pas un peu sexiste de dire que Mathilde Seigner est un femme sexy et pulpeuse ?

Sexiste ? T'es coincé du cul ou quoi ? J'aime les femmes. Qu'y a-t-il de mal à leur rendre hommage en louant leurs qualités ? D'ailleurs, j'ai tout de suite su trouver les mots qu'il fallait pour parler à Michèle Laroque. Je lui ai dit à la fin du tournage : " Michèle. Viens avec moi à Arcachon, et je visiterai ton bassin " (il éclate de rire). Les femmes adorent qu'on les fasse rire.

Et elle a ri ?

Non.

Tu as aussi déclaré " Quand j'étais jeune, j'étais fasciné par la femme de Jean Marais, dans Fantomas, jouée par Mylène Demongeot. Dans Camping 3, elle joue l'épouse de Claude Brasseur. Mais elle a 75 ans, donc je crois que je vais devoir remballer mes fantasmes "

(il éclate de rire) Ben quoi ? C'est la réalité ! Elle est plus de première main, la Mylène ! Si on ne peut plus en rire... Cela dit, dans le noir et avec un petit verre dans le nez, je ne dirais pas non. D'ailleurs, un soir, j'avais un petit verre dans le nez et il faisait noir...

Ah. Et alors ?

Je me suis trompé de tente. Franck Dubosc m'a fait la gueule pendant une semaine.

N'empêche. Dire ça de Mylène Demongeot. C'est pas un peu beauf, franchement ?

Écoute, grand : à Ixelles, je suis échevin des Musées. Donc, je peux te dire que la Demongeot, c'est mon domaine.

Je vois... Tu as d'autres projets cinématographiques pour l'avenir ?

Je ne sais pas si je trouverai un meilleur rôle que celui de " Camping 3 ". Je pense que toute ma personnalité, ma délicatesse, ma sensibilité et mon élégance ont pu s'exprimer dans ce personnage. Ah merde. Bouge pas, j'ai une couille qui me gratte.

Merci Zizi Coincoin.

Merci mon grand. Et vive la culture ! (il éclate de rire)

 

Christophe Bourdon

 

(Ndr: Il va sans dire que cette interview est complètement bidon. Christophe Bourdon n'a jamais rencontré Yves de Jonghe d'Ardoye, et il fera moins le malin le jour où il le croisera dans un camping.)
 

Articles recommandés pour vous