RTBFPasser au contenu

L'atelier des muses

Elisabeth Jacquet de la Guerre, "La première musicienne du monde"

Elisabeth Claude Jacquet De La Guerre
01 déc. 2021 à 16:212 min
Par Céline Dekock

"La première musicienne du monde", voilà ce qu’écrivait le Mercure Galant en 1691 à propos d’Elisabeth Jacquet de la Guerre : la figure féminine majeure du Siècle du roi soleil.

La petite parisienne est probablement née sur l’Ile-Saint-Louis, où ses parents vivaient à cette époque. Elle naît dans une famille très musicienne, où l’on pratiquait le métier de facteur de clavecins, de père en fils. Les parents avaient d’ailleurs décidé de donner une formation de musiciens et musiciennes professionnels à tous leurs enfants, ce qui était déjà rare à l’époque, l’usage voulant que seul le fils aîné accède à une formation approfondie pour en faire son métier.

Gravure représentant Louis XIV et sa maîtresse Madame de Montespan

La petite Elisabeth était particulièrement douée, au point qu’à l’âge de cinq ans, elle fut présentée à Louis XIV et à Madame de Montespan. Elle sut charmer son auditoire par la grâce de sa voix et ses dons précoces de claveciniste. Elle restera ainsi quelques années au service de Madame de Montespan.

De ses années passées à la cour de France, Élisabeth gardera toujours un souvenir très vif, et ne perdra jamais une occasion de remercier Louis XIV de ses bienfaits.

À l’âge de 17 ans, elle se marie avec le claveciniste Marin de La Guerre. Elle quitte le faste de Versailles, et le couple s’installe à Paris où Elisabeth donne, dans son appartement de l’île Saint-Louis, des leçons et des concerts qui ne tardent pas à être réputés, notamment pour son talent dans l’improvisation.

Ses premières compositions sont des divertissements pour la Cour, qui semblent malheureusement perdus aujourd’hui. Vient ensuite sa première publication destinée à son instrument de prédilection, une collection de Pièces de clavecin, dédiée au Roi Soleil. Ces pièces font partie des rares recueils de clavecin publiés en France au XVIIe siècle, avec ceux de Chambonnières, de Lebègue et de d’Anglebert.

L’un des grands événements de sa carrière est la création en 1694 de la tragédie en musique Céphale et Procris, représentée à l’Académie royale de musique. C’est un événement car c’est le tout premier opéra composé en France par une femme. Élisabeth Jacquet de La Guerre se distingue aussi par sa capacité d’innover, notamment dans le domaine de la cantate et de la sonate, genres venus d’Italie, ainsi que dans la musique de clavecin accompagnée.

En 1707, elle publie six Sonates pour violon et clavecin dédiées, comme il se doit à Louis XIV. Ces sonates sont présentées au Roi en août de la même année. Louis XIV sera sous le charme et en souligne leur originalité : "Elles ne ressemblaient à rien", dira-t-il, ce qui voulait dire qu’il n’y avait rien de comparable. Elles étaient uniques à ses oreilles, et l’originalité était quelque chose de plutôt rare à cette époque dans le domaine de la création musicale. Des sonates qui représentent un mariage réussi entre les styles italiens et français.

Episode 1

L'atelier des muses

Elisabeth Jacquet de la Guerre 1/2

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Episode 2

L'atelier des muses

Elisabeth Jacquet de la Guerre 2/2

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

19 janv. 2022 à 15:34
11 min
27 déc. 2021 à 10:20
1 min

Articles recommandés pour vous