RTBFPasser au contenu
Rechercher
Icône représentant un article video.

Emission Jeudi en prime

Elio Di Rupo annonce l’ouverture d’une ligne d’appel "1718" pour les sinistrés non encore indemnisés

Jeudi en Prime

Elio Di Rupo - Président du Gouvernement wallon

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Dix mois après les inondations, Elio Di Rupo confirme la lenteur avec laquelle une partie des sinistrés des inondations sont traités jusqu’ici par de nombreuses compagnies d’assurances. Quelques chiffres en disent long sur la difficulté rencontrée à obtenir une indemnisation : 57.000 dossiers sont ouverts chez les assureurs et seuls 62% ont été réglés à ce jour. 

Pour accélérer l’examen des dossiers en souffrance, un numéro d’appel est accessible dès ce vendredi matin au "1718" pour désigner pour chaque dossier, un médiateur de la région qui assurera la liaison avec l’assureur du sinistré. 42 personnes ont été engagées pour mener ce travail à bien.

La Wallonie se redresse, martèle Elio Di Rupo

Dans l’esprit de la déclaration qu’il a adressé au Parlement wallon, Elio Di Rupo a défendu le bilan de la majorité en place à Namur. Sa priorité, c’est dit-il "la défense du pouvoir d’achat" dans un contexte difficile pour la plupart. Pas de raison de sombrer dans le défaitisme a-t-il indiqué : "la Wallonie se redresse, nous avons créé 30.000 emplois et sommes descendus en dessous de 200.000 chômeurs", on peut faire encore mieux a-t-il ajouté mais face aux sceptiques "ces chiffres sont là, c’est une réalité".

Covid, inondations, un contexte difficile

Un redressement qui se poursuit dans un contexte qui n’a pas été facile pour la Région avec la crise du Covid et puis les inondations "100.000 personnes ont été sinistrées, on a travaillé pour reloger 3000 personnes, tout cela coûte de l’argent, ces inondations représentent une dépense de trois milliards pour la Wallonie".

Dans ce contexte, le moteur du redressement de la Wallonie passe par le travail important entamé déjà entre patrons et syndicats pour relancer l’activité et créer des emplois : "On est en train de travailler sur 42 projets prioritaires, cette dynamique formidable ne se reflète pas suffisamment dans les médias où l’on met trop souvent l’accent sur les côtés noirs".

Prix de l’énergie, "c'est insupportable"

Sur la défense du pouvoir d’achat, Elio Di Rupo souligne que les Régions disposent de peu de leviers, mais le constat est sans appel : "L’augmentation des prix énergétiques c’est insupportable !". Heureusement "il y a des gouvernements qui travaillent en Wallonie et au fédéral" ajoute-t-il mais c’est le fédéral qui a les principaux leviers, notamment sur l’énergie où il faut agir sur le niveau de la TVA en la baissant plus encore, "pas seulement pour le gaz et l’électricité mais aussi le mazout", et d’ajouter que les efforts doivent aussi concerner la classe moyenne.

Sur les leviers régionaux, il y a aussi des éléments qui bougent, notamment l’isolation : "11.000 chantiers sont entamés, la meilleure énergie est celle qu’on ne consomme pas".

Respecter la trajectoire budgétaire annoncée à l’Europe

Concernant les arbitrages budgétaires, où il faudra trouver 150 millions d’euros de plus cette année et encore les années suivantes " Nous avons décidé de respecter la trajectoire européenne à laquelle nous nous sommes engagés. Nous ferons des économies sur 150 millions. Nous cherchons le moyen de le faire. Il faut montrer à l’Europe que nous sommes des gens sérieux".

Mais on ne fera pas d’économies sur l’emploi. Les fonctionnaires wallons n’ont rien à craindre, "le personnel on n’y touchera pas mais dans le fonctionnement on peut trouver des moyens de faire des économies" indique Elio Di Rupo.

Questionné sur les moyens de réaliser des économies et sur d’éventuelles augmentations de taxes ou d’impôts, "pas un euro de taxe supplémentaire" indique Elio Di Rupo ajoutant "c’est une certitude, la pression est suffisante avec les coûts de l’énergie".

Covid, on ouvre les vannes en restant prudent

Sur la situation sanitaire, Elio Di Rupo confirme qu’on va désactiver le baromètre Covid, mais pas le supprimer "on met au point un système au cas où la Covid pourrait revenir en automne". On ouvre, on libère (avec la suppression annoncée ce vendredi du masque dans les transports) mais on reste prudent. Et Elio Di Rupo d’ajouter "Nous mettrons dans notre budget une somme pour une éventuelle campagne de vaccination si nécessaire à la rentrée". Avec ce chiffre, 7 millions de doses ont été administrées en Wallonie "sans aucun problème" ajoute-t-il.

Libertés et droits pour les minorités sexuelles

Concernant le combat pour les minorités LGBT, Elio Di Rupo constate qu’il reste du chemin à parcourir, plus de 400 actes de discrimination ont été déclarés et l’on sait qu’ils ne reflètent qu’une partie de la situation ; 56% des filles lesbiennes ont pensé à un moment ou un autre "se suicider". Il est normal " qu’on donne des libertés et des droits, pour ceux qui ne demandent qu’à exister dans leur différence sans nuire à personne ". Elio Di Rupo qui sera présent à la prochaine "Pride" à Bruxelles.

Sur le même sujet

Elio Di Rupo a été opéré pour retirer les métaux qui enserraient sa rotule depuis sa chute en décembre

Belgique

10 mois après les inondations, 23.000 dossiers d’assurances sont encore ouverts

Actualités locales

Articles recommandés pour vous