RTBFPasser au contenu

Inside

Elections USA : notre info est-elle la même sur les réseaux sociaux ?

Un aperçu de stories Instagram postées depuis le Texas par notre envoyée spéciale pour les réseaux sociaux
03 nov. 2020 à 17:425 min
Par Un article Inside de Sylvia Falcinelli, journaliste à la rédaction Info

Ces élections américaines, on vous en parle partout, en radio, en télévision, sur le web. Et pour la première fois, cette année, on vous en parle aussi sur Instagram. Sans oublier Facebook. Pour la première fois en effet, la rédaction a envoyé une équipe sur place spécialement dédiée aux réseaux sociaux. Aurélie Fogli et Andrea Pavarotti sont nos envoyés spéciaux au Texas, partis à la rencontre des citoyens américains. Et on peut dire que c’est un tournant. D’autres collègues sont partis ailleurs aux Etats-Unis, avec la même mission, mais plus classiquement pour la radio et pour la télévision. Mais au fond, ça change quoi ?

Voir la vidéo Inside sur les coulisses du travail d’Aurélie et Andrea au Texas :

Cela fait à peine quelques semaines que l’Info s’est dotée d’un compte Insta, avec une équipe dédiée aux réseaux sociaux. Aurélie est l’une des cinq journalistes à avoir intégré l’équipe. Un changement d’horizon pour notre collègue qui a travaillé des années pour le JT. "C’est plus ludique et il y a une gamme de formats plus large", explique-t-elle. "J’ai une gamme d’explications possibles, de façon d’exprimer les choses, qui est variée".


►►► Cet article n’est pas un article d’info comme les autres : tout sur la démarche Inside de la rédaction ici


Sur le terrain, en fonction des sujets, il sera possible d’opter pour un montage photos/vidéos (un carrousel), pour une photo légendée, pour une "story" de 15 secondes à durée de vie limitée à 24h, pour une vidéo plus ou moins longue (pour IGTV, le format vidéo d’Instagram, ou pour Facebook)… Parfois la journaliste se filmera en train de donner une explication pratiquement en temps réel, d’autres fois, elle récoltera des témoignages et prendra le temps d’un montage. Par exemple. "On a une marge de manœuvre plus grande et on a aussi une flexibilité de matériel : on tourne avec un smartphone ou un appareil photo, on est deux et on a de petits micros, donc c’est assez léger et on fait moins peur aux gens, ils vont parler plus facilement quand ils voient un smartphone qu’une grosse caméra".

Voir la vidéo Facebook à la rencontre d’électeurs texans pro-Trump :

Loading...

Pas de rendez-vous fixe, avec une deadline précise comme pour les journaux télé ou radio… "Mais je me suis fixé un rythme", précise Aurélie. Les interactions avec le public font partie du jeu. "Dans nos stories, on dit aux gens de poser leurs questions et on essaie d’y répondre au fur et à mesure", poursuit-elle. "C’est gai parce que ça donne une impulsion, c’est motivant et ça donne des idées parce que nous, on est le nez dedans, donc avoir quelqu’un d’extérieur qui nous suit et qui nous interpelle, c’est une voix en plus".

Le déclic du confinement

Ce projet de se déployer davantage sur les réseaux sociaux était dans les cartons mais c’est le confinement qui a joué le rôle d’accélérateur. Jusqu’à présent, l’info RTBF sur les réseaux sociaux, c’était essentiellement des articles du site web et quelques vidéos de façon plus ponctuelle, comme lors des élections.

"Le confinement a permis d’accélérer les choses parce que pendant le confinement, on a commencé à produire plus régulièrement, avec une équipe dédiée, des vidéos pour Facebook", explique Aline Devolder., coordinatrice des réseaux sociaux RTBF Info "Je pense que tout le monde s’est rendu compte qu’il y avait une demande à ce niveau-là. Dans le cadre d’un confinement où les gens restent chez eux, ils ne vont pas forcément attendre le JT pour s’informer : ils vont soit aller sur des sites, soit être informés par des réseaux sociaux, c’est d’autres temporalités. Nous, en tant que service public, on doit y être présent et on doit donner de l’info fiable."

Le compte Insta a été lancé dans la foulée, début septembre. "On sait que Facebook, c’est un public, on sait qu’il y a un autre public plus jeune et différent, plus féminin aussi souvent sur Instagram. Ce sont deux réseaux sociaux complémentaires", ajoute Aline.

Quelques publications du compte Insta RTBF Info
Quelques publications du compte Insta RTBF Info © Tous droits réservés

Une ligne éditoriale généraliste

Sur les réseaux sociaux, il n’y a pas de rendez-vous fixes, ce qui ne signifie pas qu’on va y déverser de l’info en flux continu. Les algorithmes défavoriseraient d’ailleurs ce qu’ils considéreraient comme du spam. Une sélection est opérée et il n’y aura pas autant d’exhaustivité que sur le site web Info de la RTBF (qui fait ceci dit également des choix dans la masse d’informations).

Mais la ligne éditoriale reste généraliste. "Si je prends l’exemple de Vice Belgium : eux, ils ont une ligne édito très anglée sur tout ce qui touche à la musique et à la drogue", commente Aline. "A la RTBF, on est un média généraliste donc on va traiter toutes sortes d’infos mais autrement. On le voit aussi avec Tik Tok : il y a aussi de plus en plus de médias d’info qui s’y essaient et il faut chaque fois se réinventer et réinventer la manière de raconter les histoires et donc de traiter l’info. Mais ce n’est pas pour autant que l’info en soi sera fondamentalement différente."

Pour Instagram, c’est l’approche visuelle qui est déterminante. "Nous n’avons pas pour ambition d’être les premiers à sortir une info mais par contre on va avoir l’ambition d’être les premiers à sortir le visuel en lien avec cette info", explique Laura Canducci, coresponsable du projet. "Je ne pense pas que les gens viennent chercher en primeur l’info sur Instagram parce qu’à ce moment-là, si c’est ce qu’on cherche, on est abonné à des pushs de grands médias. Par contre, sur Insta, on va venir chercher le visuel qui va nous faire comprendre cette info, qui va donner son sens à l’info."

Exemple : des infographies sur l’écart salarial en Europe, avec la volonté de rendre l’info accessible, compréhensible et "sympa visuellement", dixit Laura.

Capture d'écran d'une infographie sur Instagram (lien complet en bas de l'article)
Capture d'écran d'une infographie sur Instagram (lien complet en bas de l'article) © Tous droits réservés

"Sur la politique, on ne va vraiment pas feuilletonner, faire des sagas formateur-informateur… On va en parler quand le gouvernement est formé, quand il y a une info finie en soi." Ici par exemple, l’angle retenu sera de présenter le nouveau gouvernement avec quelques chiffres clés. "C’est l’actu chaude avec une sélection assumée".

La source d’inspiration, c’est la BBC, "en sachant qu’on ne joue pas dans la même cour de récré, ils s’adressent à un public bien plus large avec d’autres moyens", ponctue Aline. A l’avenir, l’info de la RTBF investira peut-être d’autres plateformes, comme Tik Tok ou Youtube. En tant que service public, il y a du sens à aller là où le public se trouve aujourd’hui, avec des contenus adaptés et complémentaires (pas de simples duplications). Mais avec la fragmentation des usages et des publics, on mesure aussi tout le défi que cela représente, ne serait-ce qu’en termes de ressources, pour une rédaction qui continue aussi à assurer l’information sur les médias linéaires classiques.


►►► Cet article n’est pas un article d’info comme les autres… Sur la page INSIDE de la rédaction, les journalistes de l’info quotidienne prennent la plume – et un peu de recul – pour dévoiler les coulisses du métier, répondre à vos questions et réfléchir, avec vous, à leurs pratiques. Plus d’information : là. Et pour vos questions sur notre traitement de l’info : c’est ici.


Trois exemples de productions Facebook et Instagram :

 

Loading...
Loading...
Loading...

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous