Monde

Elections au Brésil : le duel Lula-Bolsonaro et les craintes pour l’après-scrutin

Brésil : Lula ou Bolsonaro ? Réponse demain

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

01 oct. 2022 à 15:32 - mise à jour 02 oct. 2022 à 07:33Temps de lecture2 min
Par Daphné Van Ossel avec agences

Lula VS Bolsonaro. C’est un combat de boxe où tous les coups sont permis. La métaphore est usée mais le dernier débat de la présidentielle brésilienne prouve, s’il le fallait encore, qu’elle est parfaitement adéquate. Elle illustre aussi la division d’un pays qui vote ce dimanche.

Les Brésiliens ont le choix entre leur président sortant, l’ancien militaire Jair Bolsonaro. Figure d’extrême droite, ultralibéral, conservateur sur les questions sociales, ouvertement homophobe, misogyne et raciste, il est aussi critiqué pour sa gestion de la pandémie qui a fait 680.000 morts.

33 millions de Brésiliens auraient faim

Son bilan écologique est catastrophique. Il a laissé grignoter l’Amazonie. Mais ce thème intéresse plus à l’international qu’en interne. Les Brésiliens ont d’autres préoccupations : l’extrême pauvreté a considérablement progressé, 33 millions de Brésiliens auraient faim, 125 millions ne seraient pas certains de pouvoir manger tous les jours.

Face à lui sur le ring, le candidat de gauche Luiz Inacio Lula da Silva, dit "Lula", a promis de prendre ce problème à bras-le-corps. Mais il reste difficile de savoir ce que fera l’un ou l’autre candidat en cas de victoire : la campagne a été plus marquée par des attaques personnelles que par la présentation de programmes.

Come-back

S’il gagne, Lula réaliserait LE come-back du moment. Ancien ouvrier métallurgiste, chef de file du Parti des Travailleurs, il a déjà exercé deux mandats de président entre 2003 et 2010. Très populaire au moment de quitter le pouvoir, il finira en prison pour corruption en 2018. Il y passera près d’un an et demi avant d’être libéré. Il a aujourd’hui recouvré ses droits politiques, et, donc, retrouvé ses gants de boxe.

Les sondages sont stables. Ils donnent une nette avance à Lula : 48% des intentions de vote contre 34% pour Jair Bolsonaro, selon le dernier sondage de l’institut de sondage Datafolha, les 11 autres candidats ne dépassant pas les 10%.

Pour gagner dès le premier tour, Pour obtenir un troisième mandat dès dimanche, l’ex-président de gauche doit obtenir au moins 50% des votes exprimés (sans les nuls ni les blancs).

Violence

Dans le sondage de jeudi, il était justement crédité de 50% de ces votes dits "valides", la marge d’erreur du sondage (+ ou – 2 points de pourcentage) laissant planer l’incertitude sur la tenue d’un second tour le 30 octobre.

Le taux d’abstention sera important à observer, il est traditionnellement plus important dans les classes les plus modestes qui constituent l’électorat de Lula. Or, la violence qui a dominé cette campagne (elle a déjà fait 4 morts) instaure un climat de peur. Selon Datafolha, 9% des Brésiliens envisagent de ne pas aller voter ce dimanche par crainte d’actes de violence.

Un remake de l’assaut du Capitole ?

Et les observateurs n’excluent pas que la violence éclate aussi après le scrutin. Que fera celui qu’on surnomme le “Trump tropical” en cas de défaite ? Il critique régulièrement le système de vote électronique de son pays, mettant en doute, sans preuve, sa fiabilité. S’il est défait, reconnaîtra-t-il les résultats ? Il est permis d’en douter.

Ses partisans pourraient semer le chaos dans les rues du Brésil. Leur leader a d’ailleurs facilité l’accès des civils aux armes à feu. Selon de nombreux commentateurs, Jair Bolsonaro pourrait être tenté par un remake de l’assaut du Capitole le 6 janvier 2021 à Washington.

Sur le même sujet

Elections au Brésil : Lula, après la prison, l’incroyable come-back, moins grandiose que prévu

Monde

Brésil : un ex-député bolsonariste blesse à la grenade des policiers venus l’arrêter

Monde Amérique du Sud

Articles recommandés pour vous