RTBFPasser au contenu

Belgique

"El Presidente", baron de la cocaïne au plat pays, à la tête des narcotrafiquants liégeois

L’organisation criminelle faisait transiter plusieurs tonnes de drogue par an en région liégeoise

Ses complices le connaissaient comme "El Pres", à savoir "Le Président". Jos L., de son vrai nom, adoptait ce pseudonyme pour converser via les téléphones SKY ECC, jusqu’à ce que le réseau de communication crypté entre criminels soit démantelé par la police en mars 2021. Pour organiser le large volet belge de son trafic international de cocaïne, "El Pres" donnait notamment consignes à "Tito", pseudonyme SKY ECC du liégeois D.L., arrêté lors d’une opération de la police judiciaire fédérale de Liège le 18 octobre dernier.


►►► À lire aussi : Descente de police contre les narcotrafiquants en Belgique : une vingtaine d’interpellations


"El Pres" et "Tito", mêlant leurs connexions en Amérique du Sud, avec des clans mafieux albanais et dans le milieu criminel liégeois, avaient implanté dans le Condroz et en Ardenne un réseau de transformation, de stockage et de redistribution de cocaïne. L’analyse de leurs échanges cryptés a permis aux forces de l’ordre de refermer en octobre un robinet qui faisait s’écouler plusieurs tonnes de drogue par an.

Most Wanted

Dans le monde sous-terrain, le néerlandais Jos L. alias "El Pres" s’est plutôt taillé une réputation sous le surnom "Bolle Jos" ou "Josje Breda". Du côté des autorités belges et néerlandaises, on lui a désormais aussi collé l’étiquette "most wanted". Activement recherché, Jos L. fait l’objet d’un mandat d’arrêt et d’un signalement international. Des membres des services de sécurité le décrivent à la RTBF comme "extrêmement dangereux". Certains le considèrent comme un des grands patrons du marché de la cocaïne en Europe, peut-être même l’actuel numéro 1 aux Pays-Bas et en Belgique.

Le trentenaire semble avoir fait fortune à très grande vitesse, avec des contacts en Amérique du Sud (au Brésil notamment) et une emprise très forte sur le trafic au port d’Anvers.


►►► À lire aussi : Espagne : un mafieux italien trahi par Google Street View après une cavale de 20 ans


Durant des années, sa base de repli préférée aurait été Dubaï, où se cachent plusieurs "high-value targets", cibles de grande valeur pour les policiers qui luttent contre le trafic de cocaïne et le blanchiment de l’argent du crime. Mais quelques arrestations retentissantes comme celle du "baron" Ridouan Taghi, ainsi que la négociation de traités d’extradition engageant les Émirats arabes à renvoyer les fugitifs vers les Pays-Bas et la Belgique ont poussé des narcotrafiquants au voyage. Aujourd’hui, "Bolle Jos" s’est probablement replié vers la Turquie, à l’image de plusieurs de ses confrères du crime attirés par des conditions rendant boiteuse la coopération judiciaire entre la Turquie et les états européens. Jos L. semble en tout cas être passé maître dans les techniques de dissimulation, ce qui lui aurait plusieurs fois permis de se jouer des contrôles aux frontières. "Il est pour l’instant en Turquie", se risque sur le ton de l’affirmation une source sécuritaire belge contactée par la RTBF.

Son nom est cité dans des dossiers de trafic de cocaïne et de liquidations

Jos L. n’a jamais été condamné. Par la voix de son avocat, il a réagi récemment dans les colonnes du quotidien De Telegraaf pour souligner qu’il ne se reconnaissait pas dans les portraits le dépeignant comme un criminel, considérant que "les messages (SKY ECC, ndlr) qui lui seraient attribués donnent une image trop unilatérale et tout à fait incomplète".

Bolle Jos serait impliqué dans la disparition de Naima Jillal en octobre 2019

Son nom apparaît cependant dans plusieurs affaires judiciaires sur d’importants trafics de drogue ainsi que dans des dossiers de disparations ou de meurtres, considérés comme des représailles. Il est par exemple cité dans un avis de recherche diffusé à la suite de la disparition de Naima Jillal. Surnommé "Tante", Naima Jillal était une des rares "baronnes" de l’importation de cocaïne en Europe. Selon la police néerlandaise, elle aurait été victime d’un règlement de compte. Des photos ont circulé dans le milieu criminel, sur le réseau SKY ECC, attestant de sa mort violente. "Bolle Jos, avec d’autres, serait directement impliqué dans la disparition de Naima Jillal", croient savoir les enquêteurs néerlandais. Au mois de mars 2021, les recherches ont mené les policiers dans un entrepôt dans la zone portuaire d’Anvers, où un sac et des vêtements ont été retrouvés. Mais aucune trace de "Tante".

Les truands liégeois intéressent la justice néerlandaise

Parmi les pistes d’investigation, une voiture Volkswagen Polo dans laquelle Naima Jillal a été vue pour la dernière fois à Amsterdam le 20 octobre 2019. Dans ce contexte, une conversation SKY ECC entre Jos L. et les narcotrafiquants liégeois retient l’attention des enquêteurs. La RTBF a pu prendre connaissance d’une partie de cet échange datant de fin avril 2020. Jos L., sous le nom de "El Pres" s’enquiert de la localisation d’une "Polo". "Tito" lui répond que la voiture a été découpée et jetée à la ferraille "comme tu as dit de le faire il y a 6 mois déjà". Cette période de 6 mois coïncide avec l’époque de la disparition.

Cette voiture munie de plaques minéralogiques volées, ayant transporté Naima Jillal à Amsterdam, a-t-elle été détruite en région liégeoise ?
Cette voiture munie de plaques minéralogiques volées, ayant transporté Naima Jillal à Amsterdam, a-t-elle été détruite en région liégeoise ? Capture d’écran avis de recherche

D’autres actes de violence sont attribués à Jos L. Mi-décembre, le quotidien Gazet Van Antwerpen révélait ainsi que "selon la justice, Bolle Jos était à l’origine de la prise d’otages et de l’agression d’un pompier sur le quai du Belgian New Fruit Wharf (port d’Anvers)." L’homme se trouvait malencontreusement sur la route des malfaiteurs chargés de récupérer une cargaison de cocaïne. Le déchiffrage des messages SKY ECC montre que "El Presidente" Jos. L. coordonnait l’opération depuis l’étranger et qu’il a demandé d’écarter le pompier innocent du chemin. Violemment agressé, celui-ci a finalement réussi à s’enfuir en se jetant dans l’eau.

Sur le même sujet

15 févr. 2022 à 14:31
4 min
05 févr. 2022 à 15:54
2 min

Articles recommandés pour vous