RTBFPasser au contenu

Jam

EKKSTACY, entre confiance et fragilité

EKKSTACY, entre confiance et fragilité
04 mai 2022 à 09:212 min
Par Diane Theunissen

Il y a quelques années, EKKSTACY faisait ses premiers pas dans la musique en bidouillant des prods sur Garageband. Très vite, ses démos atterrissent sur SoundCloud, et son nom résonne auprès des mélomanes de Vancouver, ville natale de cet artiste à la fois sincère et tourmenté. Aujourd’hui, les singles d'EKKSTACY brassent des millions d’écoutes sur les plateformes, et enflamment les salles les plus prestigieuses. Ce soir, c’est aux Nuits Botanique que ça se passe !

Loading...

Enfant, EKKSTACY est heureux. Mais les choses se compliquent à l’adolescence : paumé et sans repères, il se dévalorise et est mal dans sa peau. Lors d’une soirée, il entre dans une psychose après avoir consommé de la drogue et se jette par la fenêtre. Il s'en sort. Alors que sa santé mentale est au plus bas, il se met à faire de la musique, qui prend alors la forme d’un exutoire, d’un échappatoire thérapeutique et nécessaire. Tout à coup, une porte s'ouvre vers l'amour propre et la confiance en soi. Ses premiers titres "stupid kid", "uncomparable" et "love" voient le jour en 2020 et séduisent le public. La nouvelle sensation indie est née

Negative, collection d'états d’âme sans décodeur

En novembre dernier, à tout juste 19 ans, le jeune prodige dévoilait son tout premier album, le stupéfiant Negative. Une collection de chansons variées, élevées par un sens intuitif de l’artisanat et de la composition. Un projet lo-fi, intime et poétique qui raconte, à l’envers, les différentes étapes de sa première relation amoureuse : tandis que les morceaux comme “i walk this earth all by myself” et “then i met her” retracent le chagrin d’une rupture, les derniers titres reflètent l’insouciance et l’espoir des débuts romantiques. Sur ce mini-album de 7 morceaux – dont les titres, mis les uns à la suite de l'autre, dévoilent un poème subtil – le producteur, chanteur et compositeur brouille les pistes : il dilue sa tristesse dans des mélodies dynamiques et entrainantes, mêlant sonorités post-punk, new wave et instruments acoustiques à la nonchalance si caractéristique de l’ère du rap SoundCloud. En plus de ces quelques chansons faussement heureuses teintées de riffs entêtants et de beats électrifiants, le disque se termine sur une série de ballades, plus sobres et fidèles à la mélancolie des propos de l’artiste. Il n’est alors plus question de se laisser berner : les masques tombent, et l’authenticité refait surface.

Loading...

Un univers sonore à la croisée de The Drums et XXXTentacion

Tout comme sa musique, les influences d'EKKSTACY sont variées, et ne collent à aucun style en particulier : que ce soit Bon Iver, Elliott Smith, XXXTentacion ou encore The Drums, l’artiste semble s’ouvrir à chaque personne croisant son chemin, du moins si elle partage sa mélancolie. En 2020, il collabore d'ailleurs avec Jonathan Pierce, le chanteur et leader de The Drums sur le morceau "f*ck everything!". Plus récemment, il posait sa voix sur le titre "STILL BREATHING" paru sur l'EP éponyme du groupe HEALTH, se frayant un chemin vers la scène expérimentale californienne. 

On pourrait qualifier la musique d'EKKSTACY d'organique, de morose, de chargée ou encore de terriblement touchante. Dans ses chansons, le jeune artiste canadien évoque les sentiments glacés, glaçants, qui giclent de partout et rappellent les jours tristes. Mais pas seulement : on y retrouve aussi l’espoir, le changement, le besoin de clarté et le retour à l’essentiel. Comme quoi, la lumière n’est jamais bien loin.

Sur le même sujet

05 mai 2022 à 07:26
3 min

Articles recommandés pour vous