RTBFPasser au contenu

Tendances Première

Ecole : comment envisager ensemble l’avenir de nos enfants ?

Ecole : comment envisager ensemble l’avenir de nos enfants ?
09 mars 2022 à 12:084 min
Par RTBF La Première

Réunir tout le monde syndical et les différentes associations de parents autour d’une table, pour parler de l’avenir de nos enfants ? Le Ligueur l’a fait. Alors, l'union fait-elle la force ? Explications avec Yves Marie Vilain.

Dans Le Ligueur qui paraît cette semaine, l'article L'union fera la force rend compte d'un tour de table bien intéressant entre organisations parentales et syndicats enseignants, pour essayer de comprendre quels sont leurs traits d'union.

La FAPEO et l'UFAPEC, respectivement du réseau libre et du réseau officiel, et 4 organisations syndicales se sont donc retrouvées pour discuter ensemble des grands enjeux de l'école.

Une union fantastique !

Lors de la marche enseignante du 10 février, Thierry Dupierreux, rédacteur en chef du Ligueur, s'était demandé pourquoi les parents ne marchaient pas. Pourquoi ne fait-on pas marcher ce principe de triangulation parents-profs-élèves ? D'où l'idée de cette rencontre.

Première grosse surprise de ce tour de table : on pourrait penser que les uns et les autres sont désunis, sans dialogue. En fait, pas du tout. Le dialogue est ininterrompu depuis les premiers travaux du pacte pour un enseignement d'excellence, sans aucun point de désaccord entre syndicats enseignants et organisations parentales. Il y a une union fantastique ! 

Reste à traduire tout cela au niveau des actions et à marcher main dans la main. Il faut déjà savoir qu'un front commun se réunit tous les jeudis pour suivre les réformes en cours.

"Ce qui est incroyable, c'est que je me suis retrouvé plusieurs fois à voir des organisations parentales défendre un point de vue d'enseignant et à l'inverse, des syndicats d'enseignants qui pensent beaucoup aux parents et avant tout - et ça c'est vraiment le point d'union - , qui pensent aux enfants", souligne Yves Marie Vilain.

Alors pourquoi ce manque de communication ?

Il y a un manque de dialogue, que le tour de table souligne unanimement. Il est dû à plusieurs problèmes, et d'abord aux rapports de pouvoir. L'école est un ensemble de territoires de pouvoir : le P.O. sur les directions, les directions sur les profs, les profs sur la classe et sur les parents. "Il ne peut pas y avoir de dialogue tant qu'on reste dans cette forme de hiérarchie", affirme Yves Marie Vilain.

Dans le primaire, il n'y a généralement qu'une poignée de parents hyper motivés qui participent aux associations de parents. Dans le secondaire, le problème est encore beaucoup plus grand. Il n'y a plus du tout de dialogue, car il n'y a pratiquement plus de rencontres avec les parents. Il faut encourager les parents à pousser les portes de l'école.

Cela va être le mot d'ordre, y compris au niveau ministériel. Il faut que les enseignants réintègrent les parents, tant en primaire qu'en secondaire, car on sait que la santé mentale des ados est en péril. Il faut réimpliquer les parents, réinterroger les outils à leur disposition, via une association de parents, un conseil de participation...

Créer un syndicat ou un comité d'élève pourrait aussi être une bonne idée. Et c'est très bien vu par toutes les parties. Parce qu'on constate que chaque partenaire n'a qu'une idée en tête, c'est que l'autre camp soit renforcé. Chaque territoire dans l'école doit être renforcé. Un comité de parents doit être fort pour faire fonctionner l'école, c'est les profs qui le disent. Et vice-versa.

Renforcer les différents territoires, c'est ça qui fait la force d'une école. 

Un printemps vindicatif

Les enseignants se sont rassemblés dans la rue en février, mais d'autres manifestations sont encore prévues, en particulier le 5 mai à Liège. 

Ce qui est intéressant, souligne Yves Marie Vilain, c'est que la marche du 10 février n'a pas été mal acceptée par les parents. Cela veut dire que le parent sait que le statut de l'enseignant doit être réévalué. Le prof doit regagner un peu d'autonomie, car aujourd'hui, il est limité par les contrôles. Si un enseignant s'élève contre les règles de la direction, on estime qu'il outrepasse son droit et il peut être mis à mal.

La FAPEO planche sur des zones neutres : un local 'parents' neutre, dans l'enceinte scolaire, mais hors de la scolarité, en dehors de toute hiérarchie. Un projet pilote se met en place à Ixelles.

A quand des marches qui réuniraient parents, enseignants, élèves ? Les syndicats seraient en faveur de cette idée, mais les organisations parentales n'iraient que dans le but très concret d'un refinancement. Car on sait que depuis le confinement, l'école ne sera plus jamais pareille et que cela passera par un refinancement. 

Si toute la société civile se met à marcher, on peut vraiment donner un nouveau visage à l'école et se donner les moyens de la changer. 

Les points de divergence de ce tour de table ?

Même les points de divergence ne sont pas si divergents que ça, observe Yves Marie Vilain.

Le gros point de divergence concerne l'autonomie des profs. Ils veulent plus d'autonomie. Ils ne sont pas contre l'évaluation, qu'ils font régulièrement, y compris l'auto-évaluation, mais contre le contrôle de la part de la direction ou du pouvoir organisateur. Les organisations parentales sont plus mitigées et veulent un peu plus de contrôle, dans l'intérêt du parent et de l'enfant.

Il y a aussi la compétition que les écoles se livrent au sein d'un même réseau. Le budget de la publicité des écoles s'élève d'ailleurs à des millions d'euros ! Cette compétition se traduit au sein des écoles et entre parents.

Le problème est qu'elle se fait toujours au détriment de l'autre. C'est compliqué de vouloir une école égalitaire avec une compétition qui agit à tous les niveaux. C'est un vrai changement de paradigme à opérer. Si on supprimait l'idée de commercialiser l'école, ce serait déjà une première avancée !

Tendances Première : Les Tribus

« L’union fera la force », réunir parents, profs , élèves. Avec Le Ligueur.

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

20 avr. 2022 à 12:14
3 min
18 mars 2022 à 19:00
3 min

Articles recommandés pour vous